13 astuces pour réduire sa facture d’eau

En moyenne, chaque Français consomme 148 litres d’eau potable par jour ! Vous voulez faire des économies et réduire votre facture d’eau ? Découvrez nos 13 astuces pour économiser l’eau !

Réduire sa facture d’eau dans la salle de bain

1.   Ne pas laisser couler l’eau

Lorsque vous utilisez l’eau du robinet, ne laissez pas couler l’eau trop longtemps ou quand ce n’est pas nécessaire. Cela vaut pour le lavage des mains, des dents ou pour le rasage. Pendant que vous vous savonnez ou que vous vous brossez les dents, coupez l’eau. Cela peut sembler anodin, mais sur une année, cela fait des milliers de litres d’eau économisés !

2.   Utilisez un mousseur de robinet

Un mousseur de robinet permet d’économiser de l’eau : c’est un embout que l’on fixe sur la sortie d’eau du robinet, et qui mélange de l’air sous pression avec l’eau afin de consommer moins d’eau avec le même confort d’utilisation ! Avec un mousseur de robinet, vous passez de 15 litres d’eau par minute à seulement 5 litres.

3.   Privilégier les douches

Même si prendre un bain est très agréable, pour réduire votre facture d’eau, on vous recommande de privilégier les douches. Un bain nécessite entre 150 et 200 litres d’eau, alors qu’une douche, 60 litres même sans couper l’eau. En coupant l’eau pendant que vous vous savonnez, vous économisez 20 litres supplémentaires.

4.   Minuter votre douche

On vous dit souvent qu’une douche doit durer 5 minutes pour ne pas consommer trop d’eau. Mais comment le savoir exactement ? Avec un minuteur ! Que ce soit le minuteur de votre téléphone ou de votre cuisine, il suffit de le lancer pour 5 minutes et de respecter le temps imparti.

5.   Installer un mitigeur thermostatique

Lorsque vous prenez votre douche, vous êtes obligé de laisser couler l’eau un certain temps pour obtenir la température souhaitée. Avec un mitigeur thermostatique, vous pouvez choisir la température et l’avoir quasi instantanément. Parfait pour économiser une dizaine de litres d’eau à chaque douche !

6.   Récupérer l’eau de douche pour le jardin

Si vous ne pouvez pas investir dans un mitigeur thermostatique, vous n’êtes pas obligés de laisser l’eau couler pour rien : vous pouvez récupérer l’eau de douche dans un seau, afin de l’utiliser pour arroser vos plantes plus tard.

7.   Installer une chasse d’eau à double débit

Dans les toilettes, la chasse d’eau à double débit permet de varier le nombre de litres d’eau utilisés. En installer une permet d’utiliser entre 3 et 8 litres d’eau au lieu de 10 à 12 sans double débit !

8.   Remplir complètement la machine à laver

Vous voulez laver vos vêtements ? Remplissez complètement votre machine à laver, pour ne pas gâcher de l’eau pour une machine à moitié vide. Pensez également à la fonction Éco pour économiser à la fois de l’eau et de l’énergie.

>> Lisez également : 6 astuces pour faire baisser votre facture énergétique

Réduire sa facture d’eau dans le jardin

9.   Choisir des plantes peu gourmandes en eau

Certaines plantes ont moins besoin d’eau que d’autres, que ce soit dans le jardin ou en pot à l’intérieur. Si vous voulez faire des économies d’eau, choisissez des plantes qui ont besoin de peu d’eau pour vivre.

10.               Mettre du paillage dans son potager

Le paillage permet de retenir l’humidité de l’arrosage et de la rosée dans votre potager, pour garder vos cultures humides. Vous pouvez donc arroser moins souvent !

11.               Utiliser un arroseur goutte à goutte

Vous avez un grand jardin ? Investissez dans un arroseur goutte à goutte, très pratique pour arroser automatiquement vos cultures et réguler votre consommation d’eau. Ce type d’arroseur est idéal pour ne pas gaspiller d’eau.

12.               Arroser le soir

Un conseil vu et revu, mais pourtant essentiel : arrosez le soir, pour éviter que l’eau ne s’évapore à cause du soleil et de la chaleur. Le soir, l’eau hydrate mieux les plantes et l’évaporation est réduite.

13.               Récupérer l’eau de pluie

L’eau du robinet coûte cher, c’est pour cela que l’on veut réduire sa facture d’eau. Alors pourquoi ne pas récupérer l’eau de pluie ? Elle peut vous servir pour arroser votre jardin, laver votre voiture, et vous pouvez même la potabiliser pour la consommer chez vous.

Faire isoler sa maison par l’extérieur

Bien plus efficace que l’isolation intérieure, l’isolation extérieure procure un meilleur confort thermique. Les façades peuvent laisser s’échapper jusqu’à 25% de la chaleur : il est indispensable de mieux les isoler.

L’isolation extérieure, qu’est-ce que c’est ?

La façade est le deuxième endroit de la maison où la déperdition de chaleur est la plus importante, après les combles. Les murs peuvent laisser s’échapper jusqu’à 25% de la chaleur présente dans la maison ! Ils doivent donc être correctement isolés…

L’isolation thermique extérieure est faite pour pallier ce problème, en créant une enveloppe isolante performante autour de la maison, comme une façade supplémentaire. Cette technique d’isolation permet d’augmenter considérablement l’isolation de la maison, en supprimant les ponts thermiques. Cela procure aux habitants un grand confort thermique.

Généralement, le choix de l’isolation thermique par l’extérieur se fait lors d’un ravalement de façade ou d’une rénovation.

Les avantages de l’isolation thermique par l’extérieur

L’isolation extérieure comporte de nombreux avantages pour ses occupants. En voici les principaux bénéfices :

  • augmentation de la performance thermique globale grâce à la réduction des ponts thermiques ;
  • gain de 3 classes dans le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) ;
  • préservation de l’inertie des murs ;
  • aucune réduction de la surface habitable puisque tout se fait à l’extérieur ;
  • pas d’obligation de quitter le logement pendant les travaux ;
  • réduction de la consommation de chauffage ;
  • embellissement de la façade ;
  • amélioration du confort thermique et du confort de vie ;
  • éligibilité aux aides à la rénovation énergétique.

Les inconvénients de l’isolation thermique par l’extérieur

Bien sûr, l’isolation extérieure ne possède pas que des avantages, même si les inconvénients sont légers par rapport à la performance énergétique apportée :

  • prix supérieur à l’isolation par l’intérieur ;
  • augmentation de l’occupation au sol ;
  • changement des volets battants ;
  • modification de l’aspect de la maison ;
  • légère réduction de la luminosité si l’isolant utilisé est épais ;
  • allongement de la toiture nécessaire si l’isolant est épais, pour que le toit déborde de la façade.

Comment isoler sa maison par l’extérieur ?

Il existe 4 façons d’isoler sa maison par l’extérieur, selon le matériau choisi : l’isolation avec enduit, l’isolation sous panneaux enduits, l’isolation sous bardage ou l’isolation avec double mur.

Isolation avec enduit

L’isolation avec enduit est peu utilisée, mais devrait se développer avec les enduits écologiques à la chaux et au chanvre ou au liège. Cet enduit isolant se compose d’un mortier classique, d’un liant (chaux, argile ou ciment) et de granulés isolants (microbilles de chanvre, de liège, de polystyrène…).

On compte 5 types principaux d’enduits isolants : l’aérogel de silices, l’enduit à base de polystyrène, l’enduit chaux-chanvre, l’enduit chaux-liège et le torchis. Lorsque l’isolant contient de la chaux, c’est un matériau respirant, parfait pour assainir les fissures, protéger contre les moisissures des façades et déshumidifier.

La peinture isolante est de couleur blanche, pour réfléchir les rayons du soleil et limiter l’entrée de la chaleur pendant l’été. Elle est également efficace pour limiter les déperditions énergétiques en hiver, comme toute autre isolation extérieure. Résistante aux intempéries et aux salissures, elle ne jaunit pas au fil des années. Contrairement aux autres isolants, l’enduit isolant ne modifie pas complètement la façade de la maison.

Isolation sous panneaux enduits

L’isolation sous panneaux enduits est une technique d’isolation très courante, grâce à des panneaux d’isolants, souvent de polystyrène expansé, de laine de roche ou de fibre de bois. L’épaisseur des panneaux peut varier entre 30 et 140 mm. Ces panneaux sont collés ou chevillés sur le mur de façade et recouverts d’un enduit de protection puis d’un enduit de finition.

L’isolation sous panneaux enduits ne nécessite pas d’ossatures préalables, et son coût est moins élevé que l’isolation sous bardage. L’isolation sous enduits est acceptée dans un grand nombre de communes.

Isolation sous bardage

L’isolation sous bardage a l’avantage, en plus d’être performante, d’être particulièrement esthétique. Le revêtement de façade se fixe sur une ossature en bois ou en métal, qui dissimule un isolant thermique, protégé des intempéries par un bardage et un pare pluie. Une lame d’air est également présente pour évacuer la vapeur d’eau.

Le revêtement de façade peut être composé de nombreux types de matériaux : tôle d’acier, tôle d’aluminium laqué, pierre naturelle, bois naturel ou composite, terre cuite ou encore clins fibres-ciment.

Isolation avec double mur

L’isolation extérieure avec double mur n’est possible que lors d’une construction ou d’une rénovation. La maison comporte un mur intérieur et un mur extérieur, entre lesquels on fixe un isolant. Les deux murs sont reliés par une rondelle de maintien, qui cale également l’isolant. Le mur extérieur est simplement un mur de parement. De fines ouvertures d’évacuation doivent être présentes au bas du mur afin d’éviter des désagréments dûs à la condensation.

Prix de l’isolation extérieure

Le coût d’une isolation thermique par l’extérieur est plus important qu’une isolation intérieure, mais offre de meilleures performances. Voici un tableau récapitulant les tarifs de chaque type d’isolant d’après le site travaux.com :

 

Type d’isolationPrix moyen au m²
Isolant laine de verre7€
Isolant laine de roche10€
Isolant chanvre18€
Isolant fibres de bois18€
Isolant fibres de lin20€
Isolant polystyrène20€
Isolant polyuréthane20€
Isolant laine de coton23€
Isolant verre cellulaire33€
Isolant béton cellulaire38€
Isolant panneaux isolants sous vide53€
Isolant brique monomur65€
Enduit isolant70€
Pose d’isolant80€

 

Quelles sont les aides pour l’isolation extérieure ?

Il est possible de bénéficier d’un certain nombre d’aides financières pour isoler son logement, grâce aux aides à la rénovation énergétique. On compte parmi elles :

  • le crédit d’impôt pour la transition énergétique ;
  • la TVA réduite à 5,5% ;
  • le programme “Habiter mieux” de l’ANAH ;
  • les certificats d’économie d’énergie ;
  • les chèques énergie ;
  • l’exonération de la taxe foncière.

Découvrez nos experts de l’isolation extérieure au Salon Viving

 

Salon Viving de Brest

–       Eco’ouate

–       ETS LAF

–       Home econergie

–       Iroise Isolation

–       Le Goff Isolation Ventilation

–       LV Rénovation

–       Ouest Eco-Logis

–       Qualiconfort

–       Ston’art

–       Hermine Habitat

Salon Viving de Lorient

– Atlanti Pac

– Eco’ouate

– Eveno Isolation

– LV Rénovation

– Ouest Eco-Logis

– Ston’art

– Centre Breton de l’Habitat

– Qualiconfort

– Reflex Façade

Salon Viving de Vannes

– Bis rénovation

– Eco’ouate

– Ston’art

– LV Rénovation

– Centre Breton de l’Habitat

– Qualiconfort

– Ouest énergie

– Ouest Eco-Logis

– Wyzol

 

 

Participer à un salon Viving près de chez moi

 

Radiateur ou plancher chauffant ?

Si le radiateur est déjà installé dans bon nombre de logements, le plancher chauffant fait parler de lui avec sa qualité de chauffe surprenante. Vous souhaitez rénover votre logement ou faire construire une maison ? Découvrez les avantages du plancher chauffant et du radiateur.

Pourquoi choisir un radiateur ?

Système classique de chauffage, le radiateur offre des avantages spécifiques selon le type de radiateur choisi. Il en existe aujourd’hui de nombreuses sortes !

On pense tout d’abord aux radiateurs électriques, présents dans de nombreux logements. Ils sont parfaitement adaptés aux petits budgets, offrent une qualité de chauffage convenable et leur entretien est basique.

Si vous vivez dans un logement ancien, vous avez peut-être des radiateurs en fonte : ils offrent un grand confort thermique même s’ils ne s’adaptent pas vraiment aux intérieurs actuels.

Les radiateurs muraux, semblables à des panneaux chauffants, ont l’avantage d’être à la fois esthétiques et de procurer un confort thermique inégalable, même par rapport aux planchers chauffants ! Ceux-ci sont en effet moins réactifs et évolutifs que les radiateurs muraux.

Les panneaux rayonnants sont souvent installés dans les logements neufs : ils sont performants tout en étant accessibles. Les panneaux rayonnants sont désormais préférés aux radiateurs électriques, car ils procurent une grande qualité de chauffe.

On trouve également des radiateurs à chaleur douce, parfaits pour apporter une température stable et homogène à l’ensemble de votre pièce. Esthétiques, ils chauffent rapidement le logement, de façon durable et sans assécher l’air.

Bien sûr, n’oublions pas qu’il est possible d’avoir un radiateur connecté, pour les piloter à distance et contrôler régulièrement leur température et leur consommation d’énergie.

Cependant, on ne peut pas omettre les quelques inconvénients des radiateurs. Les radiateurs fonctionnent généralement en chauffant l’air par convection, c’est-à-dire qu’il monte vers le plafond et retombe vers le sol une fois refroidi. De ce fait, l’air proche du radiateur sera toujours plus chaud que l’air de l’autre côté de la pièce. Pour pallier à cela, on a tendance à augmenter la température du radiateur, ce qui entraîne une surchauffe et une baisse de confort.

Pourquoi choisir un plancher chauffant ?

Si vous êtes en train de faire construire votre maison, n’hésitez pas à faire installer un plancher chauffant : dans le cadre d’une rénovation, c’est beaucoup plus compliqué et coûteux.

Le plancher chauffant diffuse de la chaleur par rayonnement, et offre ainsi un excellent confort thermique, avec une température constante et bien répartie. De plus, c’est un système esthétique car invisible : fini les espaces occupés par les radiateurs ! En termes d’hygiène, le plancher chauffant ne dégage aucune poussière puisqu’il est situé sous votre sol.

Adapté à tous les types d’énergie (panneaux solaires, chaudière, pompe à chaleur…), il permet également d’économiser de l’énergie car il consomme moins qu’un chauffage traditionnel, pour la même température et sensation de chaleur.

Toutefois, les planchers chauffants ne sont pas adaptés à tous les budgets. On compte entre 70 à 100€ par m² pour ce type d’installation, soit en moyenne 50€/m² de différence entre radiateur et plancher chauffant ! Bien sûr, il faut considérer les économies d’énergie possibles avec ce système, mais cela reste un investissement.

Si vous décidez d’effectuer une rénovation pour installer un plancher chauffant, cela demande des travaux conséquents : surélever le sol pour intégrer le plancher chauffant, adapter l’ouverture des portes, etc. De plus, certains revêtements de sol ne se prêtent pas à ce type de chauffage : c’est le cas des moquettes ou des planchers de bois épais.

Combiner plancher chauffant et radiateur

Les deux solutions vous attirent par leurs avantages respectifs ? Il est possible de combiner plancher chauffant et radiateur selon l’usage de vos pièces !

Si vous avez une maison à étage, on vous conseille d’installer un plancher chauffant au rez-de-chaussée, pour les pièces de vie (cuisine, séjour, salle à manger…), et des radiateurs à l’étage, pour les chambres et salle de bain.

Découvrez nos experts du chauffage au Salon Viving

 

Salon Viving de Brest

–       Advance Thermie

–       Scotti

–       Hermine Habitat

Salon Viving de Lorient

– Anvolia enr.

– Aquaclim service

– I énergie

– VM énergie

Salon Viving de Vannes

–       Lefeuvre – Le Caignard

 

Participer à un salon Viving près de chez moi

 

Chauffage connecté : définition et avantages

Vous trouvez que vous payez votre chauffage trop cher ? que la température dans les pièces est mal répartie ? Optez pour un chauffage connecté pour maîtriser la température de votre maison à domicile ou à distance avec votre smartphone. Grâce au chauffage connecté, vous améliorez votre confort et optimisez votre consommation d’énergie pour faire des économies facilement.

Qu’est-ce que le chauffage connecté ?

A une époque où la maison devient de plus en plus intelligente grâce à la domotique, le chauffage connecté est un indispensable : il permet de programmer à distance le chauffage de votre maison, en réglant sa température et sa durée de fonctionnement, depuis un smartphone ou une tablette. Des détecteurs peuvent être intégrés pour allumer et éteindre le chauffage automatiquement selon la présence de personnes dans la pièce, ou éteindre le chauffage si les fenêtres sont ouvertes.

Lorsqu’on parle de chauffage connecté, on considère 3 technologies : le radiateur connecté, le thermostat connecté et la vanne thermostatique connectée.

Comment fonctionne le chauffage connecté ?

Tout d’abord, un système de programmation doit être installé sur votre chauffage, par un domoticien. Vous pouvez ensuite contrôler vos appareils de chauffage à distance avec une application sur votre smartphone.

Grâce au chauffage connecté, vous réglez, mesurez et enregistrez la température de vos pièces. Selon votre système, il est possible de contrôler un système de chauffage central ou chacun de vos radiateurs. Vous pouvez augmenter ou diminuer la température de votre chauffage, définir des horaires d’allumage et d’extinction, vérifier votre consommation d’énergie, etc.

Les avantages du chauffage connecté

Installer un chauffage connecté chez soi offre de nombreux avantages, notamment en termes de confort et d’économie d’énergie.

Economies d’énergie

Le chauffage connecté, grâce à ses fonctionnalités, permet de réaliser des économies d’énergie de 10 à 30% en moyenne sur votre facture de chauffage. En programmant les températures de chaque radiateur, vous pouvez les moduler selon l’utilisation des pièces et éviter la surchauffe. Si vous vous absentez et que vous avez laissé vos radiateurs allumés, vous pouvez les éteindre à distance. Les détecteurs présents sur les radiateurs ajustent automatiquement la température selon la présence de personnes dans la pièce ou l’ouverture des fenêtres, ce qui évite de chauffer inutilement. Enfin, en surveillant votre consommation régulièrement, vous pouvez ajuster votre chauffage au quotidien et éviter les mauvaises surprises à l’arrivée de la facture.

Confort d’usage

Programmer votre chauffage vous offre un meilleur confort de vie. Contrôlables à distance, vous pouvez rallumer vos radiateurs avant de rentrer du travail avec votre smartphone, afin de profiter de la chaleur de votre domicile dès votre arrivée. De plus, la programmation du chauffage est très facile et intuitive, grâce à une application dédiée.

Gestion facile

Le chauffage connecté est très simple à utiliser. La gestion se fait directement sur votre smartphone, pour allumer et éteindre votre chauffage à domicile ou à distance et surveiller votre consommation d’énergie.

Les aides pour installer un chauffage connecté

Installer un chauffage connecté peut vous permettre de bénéficier du CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique), si vous faites appel à un professionnel certifié RGE.

 

>> En savoir plus sur les aides à la rénovation énergétique

Tout savoir sur les panneaux solaires

Vous envisagez d’installer des panneaux solaires sur votre toit pour faire des économies d’énergie ? L’énergie solaire peut être convertie en chaleur ou en électricité. Dans cet article, vous découvrirez tout ce qu’il faut connaître sur les panneaux solaires, leur fonctionnement, les types de panneaux solaires et leur installation.

Panneau solaire : qu’est-ce que c’est ?

Un panneau solaire recueille de l’énergie solaire afin de la transformer en énergie thermique (chaleur) ou en énergie électrique (électricité). L’énergie thermique apporte du chauffage ou de l’eau chaude à une habitation.

Il existe donc 2 types de panneaux solaires : le panneau solaire thermique, pour la chaleur, et le panneau photovoltaïque, pour l’électricité.

L’énergie solaire est une énergie renouvelable, sans émission carbone, à privilégier pour répondre aux enjeux environnementaux actuels.

Fonctionnement du panneau solaire thermique

Pour transformer la lumière en chaleur, les panneaux solaires thermiques recueillent l’énergie solaire par une plaque de verre transparente. L’absorbeur noir présent sous ce verre collecte 80 à 90% des rayons du soleil. Du fait de la chaleur, l’absorbeur émet des infrarouges. Ces infrarouges sont bloqués entre la plaque de verre et la plaque de métal : l’air entre les 2 plaques chauffe et améliore le rendement. Cette énergie thermique est ensuite transmise au liquide caloporteur et acheminée vers le ballon d’eau chaude.

Fonctionnement du panneau photovoltaïque

Le panneau photovoltaïque produit de l’électricité en 3 étapes. D’abord, les photons du soleil frappent les cellules photovoltaïques. Ils transmettent leur énergie aux électrons présents dans le silicium (le matériau semi-conducteur qui compose les cellules), qui se mettent en mouvement et produisent un courant électrique continu.

Les onduleurs vont ensuite transformer ce courant électrique continu en courant alternatif, afin que l’électricité soit disponible à l’utilisation ou à la revente.

Quels panneaux solaires choisir ?

Qu’est-ce qu’un panneau solaire thermique ?

Les panneaux solaires thermiques convertissent l’énergie solaire en chaleur pour produire du chauffage et de l’eau chaude. Le solaire thermique ne produit pas d’électricité, contrairement aux panneaux photovoltaïques. C’est une énergie renouvelable sans aucune émission carbone.

Le panneau solaire thermique capte les rayons solaires et chauffe ainsi un fluide caloporteur, présent sous la surface du panneau. Le fluide rejoint un ballon de stockage pour produire de l’eau chaude. Si vous possédez un système solaire combiné, le ballon de stockage peut produire de l’eau chaude et du chauffage.

Dans la gamme des panneaux solaires thermiques, il existe plusieurs sortes de capteurs thermiques : les capteurs plans vitrés, les capteurs plans, les capteurs monobloc, les capteurs tubulaires sous vide et les capteurs autovidangeables.

Qu’est-ce qu’un capteur solaire à plan vitré ?

Très répandu, le capteur solaire à plan vitré est un type de capteur solaire thermique, utilisé pour produire de l’eau chaude et du chauffage. C’est grâce à l’effet de serre qu’il recueille l’énergie du soleil. Il est habituellement composé d’un châssis, d’un isolant, d’une vitre et d’un absorbeur noir en tubes de cuivre avec des ailettes pour faire circuler le fluide caloporteur.

Qu’est-ce qu’un panneau photovoltaïque ?

Les panneaux photovoltaïques convertissent l’énergie solaire en électricité. C’est un assemblage de cellules photovoltaïques, généralement en silicium. Les panneaux photovoltaïques peuvent être monocristallins, polycristallins ou amorphes. La production d’électricité est possible grâce à des matériaux semi-conducteurs, lorsqu’ils sont éclairés par le soleil. L’énergie solaire est transformée en un courant continu, puis un onduleur le convertit en courant alternatif.

Il est possible de revendre l’énergie produite au réseau ENEDIS, de la consommer directement ou de la stocker dans des batteries électriques.

Qu’est-ce qu’un panneau photovoltaïque monocristallin ?

Le panneau photovoltaïque monocristallin est un panneau dont les cellules proviennent d’un seul cristal de silicium. Sa couleur est parfaitement noire et apporte un rendement plus élevé. Un panneau monocristallin peut produire 1 à 3% de plus qu’un panneau polycristallin. Cependant, leur fabrication est complexe et donc plus chère.

Qu’est-ce qu’un panneau photovoltaïque polycristallin ?

Le panneau photovoltaïque polycristallin est un panneau dont les cellules proviennent de plusieurs cristaux de silicium. Sa couleur est plutôt bleutée et non homogène. Ils coûtent moins cher à l’achat que les panneaux monocristallins, car leur fabrication est plus simple et leur rendement moins élevé.

Qu’est-ce qu’un panneau photovoltaïque amorphe ?

Le panneau photovoltaïque amorphe est composé de silicium amorphe à couche mince : les panneaux sont souples et plus fins que les panneaux cristallins. Ils peuvent produire de l’électricité même en cas de faible luminosité, mais ont un rendement moins important que les autres types de panneaux.

Pourquoi installer des panneaux solaires ?

Le principal avantage des panneaux solaires est l’économie d’énergie. En effet, l’énergie solaire est renouvelable et non polluante, et consomme très peu comparé aux énergies fossiles.

Les panneaux solaires sont très efficaces, que ce soit pour la production d’eau chaude, pour le chauffage ou pour l’électricité. Cela permet de réduire la consommation de l’habitation et de faire des économies sur le long terme.

De plus, les panneaux photovoltaïques peuvent vous faire gagner de l’argent si vous revendez votre énergie au réseau ENEDIS, ce qui rentabilise rapidement votre investissement.

Comment installer des panneaux solaires ?

Avant d’installer des panneaux solaires sur votre toit, vous devez d’abord demander des autorisations.

Lors de la construction d’une nouvelle maison, vous devez mentionner l’installation de panneaux solaires dans la demande de permis de construire. Normalement, vous n’aurez pas de mal à obtenir l’autorisation de la mairie. Si l’idée d’installer des panneaux solaires vous vient après la demande de permis, vous pouvez faire modifier votre permis de construire pour l’ajouter.

Les panneaux solaires peuvent être installés sur le toit de la maison ou sur sa façade. Idéalement, l’inclinaison doit être de 30 à 60° face au sud. Selon la région, l’orientation peut varier entre le sud-ouest et le sud-est.

Choisissez avec précaution votre installateur : il doit être formé au chauffage solaire et aux énergies renouvelables. La pose des panneaux solaires, l’installation du système et le mode de régulation doivent être correctement mis en place, au risque de ne pas réaliser autant d’économies que vous le souhaitez. N’hésitez pas à consulter le guide du Salon Viving le plus proche de chez vous afin de repérer les professionnels compétents.

Comment entretenir un panneau solaire ?

Pour conserver un bon niveau de rendement, il est indispensable d’entretenir ses panneaux solaires tous les 2 à 3 ans. Vous pouvez les nettoyer vous-même ou faire appel à un professionnel. En effet, les modules sont glissants et peuvent occasionner des chutes. Si vous choisissez de vous en occuper seul, faites attention à ne pas prendre appui sur les plaques, à ne pas utiliser de raclette en plastique, de produits corrosifs et à ne pas utiliser d’eau froide si le soleil tape trop fort (pour éviter les chocs thermiques).

Concernant l’entretien de l’onduleur, un entretien annuel par un professionnel est nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de vos panneaux solaires.

6 astuces pour faire baisser votre facture énergétique

Nos habitudes de consommation sont énergivores : c’est un fait. Au-delà de l’impact écologique, nos habitudes augmentent également nos factures d’électricité et d’eau. Découvrez nos astuces pour améliorer vos habitudes et faire baisser votre facture énergétique.

Baisser votre facture d’énergie dans la cuisine

Lorsque vous cuisinez, vous consommez de l’énergie. De nombreuses habitudes de cuisson peuvent être améliorées pour faire baisser la facture :

  • couvrez vos casseroles pour augmenter la rapidité de cuisson ;
  • utilisez une bouilloire plutôt qu’une casserole pour faire bouillir de l’eau ;
  • réchauffez vos plats au four à micro-ondes, moins énergivore qu’un four ;
  • préférez une cocotte minute pour cuire des légumes, elle est 60% plus économe qu’une casserole ;
  • choisissez des plaques à induction, qui chauffent plus vite que les plaques vitrocéramiques (30%) et classiques (50%).

Baisser votre facture énergétique avec le frigo

Comme beaucoup d’appareils électroménagers, le réfrigérateur consomme beaucoup d’énergie. Notre premier conseil est de choisir un frigo récent et de classe A à A+++ si vous avez les moyens. Ces modèles de frigo diminuent votre consommation énergétique jusqu’à 60% !

Il est également important de dégivrer votre réfrigérateur, au risque de consommer plus d’électricité. Si le givre atteint 3 mm d’épaisseur, votre consommation d’énergie peut augmenter de 30%.

Baisser votre facture énergétique avec le lave-vaisselle

D’abord, ne lancez votre lave-vaisselle que lorsqu’il est plein. Si ce n’est pas le cas mais que vous avez absolument besoin de votre vaisselle, utilisez la fonction demi-charge qui sera moins énergivore.

Ensuite, profitez des heures creuses pour faire fonctionner votre lave-vaisselle (entre 22h30 et 6h30) : l’électricité est 40% moins chère pendant cet horaire.

Si vous pouvez acheter un lave-vaisselle neuf et de classe A+++, vous réduirez drastiquement votre facture énergétique. En effet, un cycle de lave-vaisselle A+++ consomme seulement 10 litres d’eau contre 25 à 40 litres pour un vieux lave-vaisselle. Les modèles récents consomment également 65% de moins d’eau, et 40% de moins d’électricité.

Baisser votre facture énergétique dans la salle de bain

Des économies d’énergie peuvent être facilement faites dans votre salle de bain. L’astuce la plus connue, c’est évidemment de préférer prendre des douches plutôt que des bains : cela consomme 70% de moins d’eau chaude.

En complément, vous pouvez installer des économiseurs d’eau pour diminuer votre consommation :

  • le système stop-douche permet de couper l’eau pendant que vous vous savonnez, et de retrouver la même température d’eau lorsque vous le réactivez. Cela vous fait économiser 20 litres d’eau par minute ;
  • la douchette économe offre un débit moins important pour économiser de l’eau : 7 litres par minute contre 16 pour une douchette traditionnelle.

Baisser votre facture d’énergie avec la machine à laver

Comme pour le lave-vaisselle, nous vous conseillons d’utiliser votre machine à laver pendant les heures creuses. Les machines à laver possèdent aussi l’option demi-charge, afin d’utiliser moins d’eau si la machine n’est pas pleine. Le cycle éco permet de consommer 18% de moins d’eau, et 25% de moins d’électricité.

Baisser votre facture énergétique avec les appareils électroniques

Les appareils électroniques, même en veille, consomment énormément d’énergie et font grimper votre facture d’électricité. Lorsque vous ne les utilisez pas, n’hésitez pas à débrancher votre télévision, vos consoles de jeu, votre ordinateur, votre machine à café, votre micro-ondes, vos chargeurs (téléphone, ordinateur…). Vous verrez la différence sur votre facture !

Fortes chaleurs : quelles solutions pour votre intérieur ?

L’été approche, et avec lui les fortes chaleurs, voire la canicule selon votre région ! Comment lutter contre la chaleur extérieure ? Quelles sont les solutions pour rafraîchir votre intérieur ? Ventilateur, isolation, climatiseur, puits canadien : découvrez les avantages de chacune de ces solutions.

Rideaux et volets

C’est la solution la moins coûteuse : garder votre intérieur à l’ombre en fermant vos volets et en tirant vos rideaux opaques. Vos pièces seront obscures, mais protégées du soleil et de la chaleur. Vos fenêtres doivent également rester fermées aux heures les plus chaudes afin de ne pas laisser entrer la chaleur. Cependant, en cas de canicule, cette simple solution ne suffira pas forcément à vous rafraîchir.

Ventilateur

Un ventilateur est une solution toute indiquée pour rafraîchir votre intérieur lorsque la chaleur commence à arriver, sans dépenser trop d’argent. Toutefois, votre ventilateur risque de finir par brasser de l’air chaud en cas de fortes chaleurs ! Pour pallier ce problème, vous pouvez installer des bouteilles d’eau glacée ou des bassines de glace devant votre ventilateur, pour diffuser la fraîcheur des glaçons.

Climatiseur

Si vous avez la possibilité de réaliser des travaux dans votre maison, n’hésitez pas à installer un climatiseur : c’est un des moyens les plus efficaces pour rafraîchir votre maison lors de fortes chaleurs. De plus, il existe des climatiseurs réversibles qui peuvent également chauffer votre maison en hiver.

Nous vous conseillons de faire appel à un artisan pour un climatiseur “split”, qui consiste à installer une unité à l’extérieur de la maison pour évacuer l’air, et une console intérieure dans la pièce principale ou dans chaque pièce.

Climatiseur mobile

Vous ne pouvez pas réaliser de travaux mais souhaitez quand même climatiser votre intérieur ? C’est possible avec un climatiseur mobile. Il existe des modèles monoblocs sans évacuation, et des modèles split avec une unité à fixer à l’extérieur. Si ces climatiseurs mobiles rafraîchissent rapidement votre intérieur, ils sont assez bruyants et consomment beaucoup d’énergie.

Puits canadien

Là encore, cette solution ne convient que si vous êtes prêts à faire des travaux. Le puits canadien est un système géothermique de surface, pour une climatisation naturelle grâce à l’inertie thermique du sol. Le puits canadien, installé au minimum à 1.5 mètre de profondeur, permet de rafraîchir votre maison en été et de la réchauffer en hiver, selon la température du sol.

Isolation

Des travaux d’isolation thermique peuvent vous aider à lutter contre la chaleur, en isolant votre intérieur des rayons du soleil. L’isolation doit être réalisée en priorité dans les combles et la toiture, dans les murs, dans les sols et pour vos vitres : ce sont les zones qui font entrer la chaleur extérieure. Concernant les isolants, il est conseillé d’utiliser de la laine de bois ou de la ouate de cellulose, qui sont les plus adaptés pour l’isolation thermique contre la chaleur.

Vous n’avez pas les moyens d’isoler votre maison ? N’hésitez pas à consulter notre article sur les aides financières pour la rénovation énergétique.

Comment choisir sa cheminée ?

Le rêve d’un feu qui crépite dans la cheminée séduit de plus en plus les Français. D’autant que le marché de la cheminée a beaucoup évolué au point de permettre à chacun de trouver le modèle adapté à son logement. Passage en revue de ce que nous propose le marché.

  • Les cheminées à foyer fermé

Conçues pour optimiser le rendement du chauffage au bois, les cheminées à foyer fermé offrent une source de chaleur performante et pratique. Grâce à leur vitre ou à leur porte, elles ont un rendement de 80% de chaleur et une autonomie de 10h. L’air frais de la pièce est aspiré par des bouches situées en bas de la cheminée puis il est réchauffé par les flammes de la cheminée et rejeté dans la pièce par d’autres bouches.

Crédit photo@www.cheminees-frossard.fr

  • Les cheminées au gaz

Propres et confortables, les cheminées alimentées par du gaz offrent les avantages d’une cheminée à bois sans pour autant en avoir les inconvénients. Fonctionnant sans conduit ni fumée, elles produisent cependant les mêmes flammes que des foyers classiques. Véritables appareils de chauffage, ces cheminées hors du commun sont même dotées d’un système de thermostat et peuvent réchauffer de grandes surfaces. Alimentées par du gaz naturel ou du propane, ces cheminées ne nécessitent aucun ramonage et peu d’entretien.

Crédit photo@www.picbleu.fr

  • Les inserts

En acier ou en fonte, les inserts sont une sorte de poêle à bois qui s’intègrent aux cheminées à foyer ouvert. Fonctionnant exactement comme les foyers fermés, ils améliorent nettement les performances calorifiques des cheminées ouvertes auxquelles ils s’adaptent sans aucun problème.

Crédit photo@inserts.brisach.com

  • Les cheminées à foyer ouvert traditionnelles

Toujours présentes et surtout appréciées dans les maisons de campagne pour leur côté convivial, les cheminées à foyer ouvert traditionnelles souffrent d’une énorme déperdition de chaleur (90%) et d’une gêne occasionnée par la suie. Elles demandent un stock de bois important qu’il n’est toujours évident d’approvisionner.

  • Les cheminées à foyer ouvert contemporaines

Destinées à décorer plus qu’à chauffer, les cheminées à foyer ouvert contemporaines correspondent à un véritable choix esthétique. Elles tirent leur succès d’une offre très large en terme de forme, de matière et de couleur. Elles trouvent leur place dans de petits appartements et se déclinent avec ou sans hotte, suspendue, centrale, encastrée ou encore en double face.

Crédit photo@www.cheminees-garcia.com

  • Les cheminées au bio-éthanol

Ces cheminées n’ont d’écologique que le nom. Elles fonctionnent comme les cheminées au gaz mais sont alimentées par du bioéthanol. Ce combustible, produit à partir de betteraves consomme énormément d’énergie lors de sa production. De plus le bioéthanol coûte relativement cher par rapport aux autres combustibles et amène une odeur désagréable.

Crédit photo@www.quasart-creations.fr

Comment changer sa chaudière. Les conseils de nos experts Viving

LES CONSEILS MAISONS POUR CHANGER SA CHAUDIÈRE.

Une chaudière devrait normalement être remplacée tous les 15 ou 20 ans. En France, pourtant, de nombreux logements sont équipés de modèles beaucoup plus anciens, et peu performants. Pourtant, associée à une bonne isolation, une chaudière performante est la clé des économies d’énergie.  C’est un gros investissement financier qui se rentabilise sur le temps et avec l’obtention d’aides financières comme le crédit d’impôt, l’éco-prêt à taux zéro…  en fonction des différents types de chaudière. Passage en revue.

LES CHAUDIÈRES « BASSE TEMPÉRATURE »

172-vignette_260x260

Crédit@Deville Thermique
Légende : chaudière basse température gaz au sol Deville Excellia Gaz

La principale différence entre une chaudière basse température et une chaudière dite « normale » est la température de chauffe du liquide caloporteur : pour la première, la température atteindra 50°C, pour la seconde 90°C, sans qu’aucune différence de confort ne soit ressentie. La consommation d’énergie est réduite de 12% à 15%.

ATTENTION AU RESPECT DES NORMES DES CHAUDIÈRES BASSE TEMPÉRATURE

Les normes des chaudières basse température relèvent de la directive européenne Directive 90/360/CEE visant à garantir à l’utilisateur sécurité, performance et qualité.

Afin de répondre aux normes en vigueur, l’installation et l’entretien d’une chaudière basse température doivent être effectués par un professionnel qualifié qui va notamment vérifier et nettoyer le corps de chauffe, les conduits d’évacuation et tous les éléments de sécurité listés dans la NF X50-011.

Le respect de ces normes et l’homologation de l’installation par un professionnel vous permettent, sous certaines conditions d’éligibilité, de prétendre à des aides financières octroyées dans le cadre de la rénovation énergétique.

L’ÉCO-PRÊT À TAUX ZÉRO

Il est accordé par certains établissements bancaires dans le cadre d’un bouquet de travaux (minimum deux) visant à réduire votre consommation énergétique. Ce prêt est plafonné à 20 000 euros et remboursable sur 10 ans maximum pour un bouquet de 2 travaux. Le plafond passe à 30 000 euros remboursables sur 15 ans pour un bouquet de 3 travaux.

LA TVA À TAUX RÉDUIT

Si votre logement est construit depuis plus de 2 ans, vous pouvez bénéficier depuis le 1er janvier 2014 d’une TVA à 5,5 % qui s’applique tant sur le prix de la chaudière que sur le coût de la main d’œuvre.

LES AIDES DE L’ANAH ET DES COLLECTIVITÉS LOCALES

Dans le cadre de la rénovation énergétique et sous conditions de ressources, l’Agence nationale pour l’habitat, octroie des aides financières. Les collectivités locales, peuvent également soutenir les travaux visant à économiser de l’énergie. Renseignez-vous auprès des organismes compétents afin de déterminer si vous êtes éligibles.

 LES CHAUDIÈRES À CONDENSATION

malrieu-chaudiere-sol-condensation-3Crédit@Domusa
Légende : chaudière à condensation EVOLUTION EV FDX RC / Domusa

Elles condensent la vapeur d’eau des gaz de combustion et récupèrent ainsi de l’énergie. Elles consomment de 15% à 20% de moins que les chaudières standard modernes.

LES AIDES

Le crédit d’impôt (CITE) est l’une des sources de financement les plus utilisées pour financer les chaudières gaz à condensation. En effet, ce dispositif mis en place par l’Etat allège considérablement le montant de ces dépenses. L’installation d’une chaudière gaz à condensation ouvre un crédit d’impôt de 30%.

Les conditions : les travaux doivent être réalisés dans une résidence principale de plus de deux ans et il est impératif de faire appel à un professionnel pour effectuer l’installation de l’appareil.

N’oubliez pas également de vérifier ici votre éligibilité concernant le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique.

Les Primes Energie représentent également une aide importante.

Ce dispositif mis en place par l’Etat permet d’obtenir ces primes, en fonction des économies d’énergie réalisées suite aux travaux, et de les revendre. Mise en place par CertiNergy, la prime peut atteindre plusieurs centaines d’euros et offre de nombreux avantages.

L’ANAH (Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat)

Elle octroie des aides pour financer une partie de l’installation de votre chaudière gaz à condensation. Pour y prétendre il est impératif de répondre aux conditions de ressources fixées par l’agence. Cette aide permet de couvrir jusqu’à 50 % du montant total de l’installation pour les foyers les plus modestes et jusqu’à 35 % pour les autres.

Anciennement intitulée “Habiter Mieux”, l’aide à la rénovation de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) connaît quelques changements et est renommée “Habiter sain, Habiter serein, Habiter facile et Louer facile”. Le but est de faciliter les conditions d’accès aux aides et les adapter à la diversité des projets de rénovation. Elle concerne les propriétaires bailleurs et occupants de logements.

Cette page vous fournit les informations nécessaires quant aux conditions d’éligibilité de l’aide et les démarches à réaliser pour en bénéficier. Elle est cumulable avec d’autres aides offertes par l’Etat, c’est notamment le cas avec le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) ayant pour but d’inciter à la rénovation d’un logement et améliorer son efficacité énergétique.

LES CHAUDIÈRES À BOIS

Crédit Morvan - 1369839134_chaudi-re_bois_MORVAN_MX-BX_1_zoom

Crédit@Morvan
Légende : chaudière à bois Morvan

Elles fonctionnent le plus souvent avec des granulés de bois et un chargement automatique (pas de bûches ni de sacs de granulés à manipuler).

Les granulés sont peu onéreux, d’où d’importantes économies, à la longue, appréciables dans les grandes maisons coûteuses à chauffer.

LES AIDES

SUBVENTIONS DE L’ANAH

Son concernés les ménages à revenus modestes.

Propriétaires ou locataires d’une maison ayant plus de 15 ans.

Condition : les travaux doivent être réalisés par des professionnels. L’habitation ne doit pas bénéficier d’un autre financement de l’Etat ou d’un prêt à taux zéro dans les dix années précédant la demande de subventions auprès de l’ANAH.

LA TVA À 5,5%

La TVA à 5,5% s’applique sur la fourniture et l’installation d’une chaudière à bois. Les bûches bénéficient également de la TVA à 5,5%. La résidence (principale ou secondaire) doit être achevée depuis plus de deux ans. La TVA à 5,5% est valable seulement si l’entreprise fournit une attestation confirmant le respect des conditions d’application.

LE CRÉDIT D’IMPÔT

L’Etat accorde un crédit d’impôt pour la chaudière à bois. Le taux du crédit d’impôt s’élève à 40% des dépenses TTC. Cependant, la main d’oeuvre n’est pas prise en compte dans le crédit d’impôt. Le taux peut être maintenu à 40% si la chaudière à bois est installée avant le 31 décembre de la deuxième année suivant l’acquisition de l’habitation, dans une maison achevée avant le 1er janvier 1977. Cette aide n’est valable que si le matériel est fourni par un professionnel. Seule la facture de l’entreprise pourra servir de justificatif pour bénéficier du crédit.

L’ÉCO-PRÊT À TAUX ZÉRO

Il est valable si vous faites réaliser un bouquet de travaux visant à améliorer les performances énergétiques de la maison. L’éco prêt à taux zéro finance la fourniture et la pose des équipements, les travaux indissociablement liés, les frais de maîtrise d’oeuvre et les éventuels frais d’assurance. Ce prêt peut financer jusqu’à 30 000 € de travaux qui peut être remboursé sur une période de 3 à 15 ans.

Plus d’infos concernant toutes les aides pour votre chaudière : http://renovation-info-service.gouv.fr

Pourquoi choisir un chauffage au sol ?

CONSEIL MAISON

POURQUOI CHOISIR UN CHAUFFAGE AU SOL ?

Encastré dans le sol, ce chauffage fournit une source de chaleur homogène à la pièce. Il peut fonctionner à l’électricité ou à l’eau chaude. Facile d’entretien et invisible, le chauffage au sol a le vent en poupe. Il présente de nombreux avantages et quelques bémols. Passage en revue des pour et des contre.

QU’EST-CE QU’UN PLANCHER CHAUFFANT ?

C’est un procédé de chaleur destiné à chauffer une pièce en utilisant la surface du sol intérieur. Le principe consiste à chauffer à une faible température toute la surface de la pièce en délivrant le même nombre de calories que de radiateurs classiques. La plancher chauffant basse température se compose d’un réseau de tubes encastrés dans le sol, dans lequel circule l’eau chaude à très basse température.

Credit ThinkstockCrédit@Thinkstock

QUELS SONT LES AVANTAGES DU CHAUFFAGE PAR LE SOL ?

Il est plus sain car il ne produit pas d’air pulsé ni de convection et donc n’occasionne pas de déplacement d’air.

La grande surface de rayonnement à basse température, par rapport aux radiateurs, garantit une chaleur agréable et permet à la température de l’air de rester basse.

Le choix d’un chauffage par le sol se fait aussi pour des motifs esthétiques : le chauffage est « caché » dans le sol et ne nécessite donc pas de radiateurs. La place libérée peut donc être consacrée à autre chose. En d’autres termes : le chauffage par le sol est invisible.

Le chauffage par le sol à l’eau chaude demande peu d’entretien. En outre, il consomme moins que le chauffage par le sol électrique.

La faible consommation d’énergie est due au chauffage de la pièce avec une faible température de l’air.

Le chauffage par le sol peut être facilement combiné avec d’autres systèmes favorisant les économies d’énergie tels que les panneaux solaires ou les pompes à chaleur.

ET LES BÉMOLS ?

Le chauffage par le sol présente l’inconvénient que les canalisations doivent être installées sous le sol. C’est pourquoi ce système est souvent utilisé pour des projets de rénovation ou de nouvelles constructions. Ce système de chauffage est rarement présent dans les habitations plus anciennes. Dans celles-ci il est pourtant possible de tailler des rainures dans la chape qui permettent d’installer les canalisations.

Il est déconseillé de couvrir le sol de tapis car la chaleur restera prisonnière entre le carrelage et le tapis.

En cas de transformations, et certainement lorsque les pièces sont réparties autrement, il est parfois très compliqué d’adapter le chauffage par le sol.

Le chauffage par le sol est un système à réchauffement et refroidissement lent.

Pour certains meubles ou objets tels qu’un piano ou d’autres instruments de musique en bois, le chauffage par le sol est néfaste.