La domotique dans la maison, avantages et contraintes

Partager l’article :

Partagez

La domotique est synonyme de modernité et de technologie mais pas seulement. C’est également un excellent moyen pour contrôler ses dépenses énergétiques, que ce soit pour le chauffage, l’éclairage ou encore les volets. Les nouvelles technologies offrent des appareils toujours plus précis pour gérer les plages horaires de chauffage selon l’occupation de la maison, automatiser la fermeture des volets ou l’extinction des lumières, etc…

crédit photo@PhonAndroid

  • Les avantages de la domotique

Un confort de vie

Le système domotique se charge d’exécuter les ordres liés aux scénarios prédéterminés par l’utilisateur. Les interrupteurs deviennent « intelligents » et changent de fonctions à l’envi. Avec affichage, ils informent d’une fenêtre ouverte, de la température, d’une détection de présence… La domotique nous évite de faire le tour du propriétaire chaque fois que l’on sort de chez soi pour vérifier que les lumières sont bien éteintes, que le gaz est bien coupé ou que les fenêtres sont bien fermées.

Economie d’énergie et aspects liés à l’environnement

La domotique permet de grandes économies d’énergie grâce aux programmations heures creuses, au chauffage déclenché dans certaines pièces seulement lorsqu’elles sont visitées.

Des outils modernes et appropriés sont conçus pour gérer les économies d’énergie, sécuriser et mieux vivre son intérieur.

Côté économies d’énergie, la Domotique, permet, par exemple, d’obtenir dans chaque pièce la chaleur exacte désirée. Elle permet de baisser de 30 à 70 % la facture d’électricité à l’aide notamment de détecteurs de lumière.

Sécurisation de l’habitat

La Domotique permet de sécuriser son habitat, à l’intérieur comme à l’extérieur. Tout équipement de surveillance équipé d’un bus EIB/KNX (standard à vocation internationale utilisé dans les installations électriques modernes de l’habitat) est capable d’émettre un message sur l’installation, repris et traité par un module spécialisé dans la surveillance. Cette centrale peut alors enclencher ou couper n’importe quel composant présent dans cette installation (lumière, prise 230 V, téléphone, moteur de porte ou de stores, serrure électrique, électrovanne d’arrivée d’eau…).

Ainsi, le système peut allumer les lumières intérieures pour simuler une présence, déclencher une alarme, avertir le propriétaire ou une société de sécurité contactée par un numéro de téléphone ou un SMS. Ces actions sont programmées et mises en route depuis un téléphone ou un ordinateur via Internet. Pour l’intérieur, il existe différents types de capteurs et de détecteurs de sécurité : inondation, bris de verre, feu… Il suffit d’appuyer sur un seul bouton pour déclencher le scénario anti-catastrophes préprogrammé : portes verrouillées, alarme mise, mais aussi allumage aléatoire des lumières et de la télévision pour simuler une présence… pendant toute la durée de notre absence !

Enfin, l’installation peut être couplée à une vidéosurveillance qui avertit en cas d’intrusion dans la maison, enregistre et stocke les images numériques. Un système très simple. À condition de bénéficier de l’ADSL et d’y connecter ses caméras. L’intérêt : pouvoir visualiser sa maison de n’importe où dans le monde. Car la domotique permet aussi de gérer l’habitat à distance.

  • Inconvénients de la Domotique

La domotique reste peu accessible. Si vous surfez sur les sites spécialisés, vous remarquerez très vite un vocabulaire très spécifique et technique.

D’autre part, le prix des équipements reste assez élevé. La Domotique est donc plutôt envisagée comme un luxe. Ces équipements ingénieux sont très chers. Les Français semblent encore réticents à installer ces techniques de domotique qui, dans une maison ordinaire, coûtent environ 14 000 à 23 000 euros, contre 9 000 à 15 000 euros pour une installation électrique classique.

De plus, dans un environnement où le consommateur est quelquefois excédé de devoir mémoriser tous les modes d’emploi des nombreux outils technologiques qui l’entourent, la Domotique apparaît comme une complication supplémentaire. Elle vise pourtant l’inverse.

Il existe aussi le problème de la durée de vie : une maison dure 50 ou 100 ans, une chaudière 20 ans. Pour un système électronique c’est moins beaucoup moins ; C’est un frein non négligeable si l’on ajoute à cela les difficultés du service après-vente.

Publicité

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez informé sur toutes les informations concernant l'habitat.

Vous acceptez de recevoir nos informations sur le salon Viving.