Extension de maison : réussir son agrandissement

En regardant votre maison, avez-vous déjà pensé “Trop petit” ? Si c’est le cas, oubliez vos idées de déménagement : une extension peut suffire pour augmenter votre surface à vivre tout en apportant une valeur ajoutée à votre domicile. Consultez nos conseils pour réussir votre agrandissement !

Pourquoi agrandir sa maison ?

De nombreuses raisons peuvent vous pousser à vouloir agrandir votre maison : arrivée d’un enfant, besoin d’un bureau, envie d’avoir plus d’espace pour vivre… et surtout sans avoir à déménager. Car en effet, il pourrait être plus simple de changer de maison, non ? Mais si vous vivez déjà dans la maison de vos rêves, un simple problème de surface ne doit pas vous obliger à déménager. Construire une extension de maison permet de créer un nouvel espace adapté à vos besoins. Faites appel à un architecte d’intérieur afin de connaître la meilleure solution pour augmenter votre surface à vivre.

Quelles sont les solutions d’agrandissement pour une maison ?

On trouve plusieurs solutions d’agrandissement pour une maison. Choisissez-la selon vos attentes, mais aussi les possibilités que vous offre votre maison. Faites-vous conseiller par un professionnel de l’habitat pour sélectionner la meilleure solution pour votre extension.

Extension de maison latérale

L’extension de maison latérale est certainement la solution d’agrandissement la plus plébiscitée par les propriétaires. Il est toutefois nécessaire de posséder un terrain suffisamment important pour prolonger la maison. Cette extension peut se faire de plain pied ou avec étage, selon l’architecture existante.

Surélévation de maison

Cette solution d’extension est souvent mise en œuvre dans les villes, où la densité ne permet pas de prolonger une maison. Elle consiste à ajouter un ou plusieurs étages à votre maison. Avant de choisir la surélévation, il faut s’assurer que la construction est assez solide pour supporter une élévation : si ce n’est pas le cas, vous devrez prévoir un renfort de fondations.  La plupart des surélévations sont en bois, par souci de légèreté.

Annexe de maison

Comme pour l’extension latérale, l’annexe suppose d’avoir un grand terrain. Son usage doit également être spécifique, puisqu’elle sera à l’écart de la maison. C’est un bon choix pour un lieu de travail, de loisirs ou pour une habitation indépendante. La construction indépendante est plus facile à réaliser d’un point de vue architectural, sans se soucier de la cohérence avec la maison.

Véranda

Si vous n’avez pas besoin de beaucoup d’espace supplémentaire et un petit budget, peut-être qu’une simple véranda peut suffire ! De toutes les extensions, c’est celle dont l’implémentation est la plus facile. Le choix des matériaux est vaste et elle peut agrandir n’importe quelle pièce : entrée, salon, cuisine, salle à manger, etc.

Comment choisir les matériaux de son extension ?

Dans le cadre d’une extension de maison, on retrouve souvent les mêmes matériaux : bois, parpaing ou métal.

 

Le bois est idéal pour tous les types d’extension et est généralement moins cher que les autres matériaux. Le parpaing est également très utilisé, apprécié pour sa durabilité et sa solidité. Quant au métal, c’est un excellent isolant sonore et il est 100% recyclable.

 

Le choix des matériaux est essentiel avant de réaliser votre extension. Pour celles qui sont supérieures à 150 m² ou à 30% de la surface existante, il est obligatoire de respecter les exigences environnementales de la RT 2012, et de la RT 2020 dès 2021. Vous devez donc vous diriger vers des matériaux performants énergétiquement et respectueux de la planète. Les matières naturelles et les énergies renouvelables doivent être privilégiées.

Quel budget pour une extension de maison ?

Si un projet d’extension de maison est généralement coûteux, les plus petites extensions sont accessibles aux budgets réduits. Par exemple, l’installation d’une véranda peut vous apporter davantage d’espace sans vous coûter trop cher. C’est l’extension la plus accessible sur le marché.

 

Solution d’extension de maisonPrix au m² TTC
VérandaEntre 300 et 2000€
Extension en boisEntre 1100 et 1500€
Extension en parpaingEntre 1200 et 2500€
Extension en métalEntre 1700 et 3100€
Surélévation de maisonEntre 1800 et 2200€ sans aménagement

Quel permis pour une extension de maison ?

Plusieurs démarches sont obligatoires pour avoir l’autorisation d’agrandir sa maison. D’abord, vous devez consulter le Plan Local d’Urbanisme (PLU) ou le Plan d’Occupation des Sols (POS) de la commune disponible en mairie, afin de vous assurer que vous avez le droit de réaliser une extension de maison, et dans quelles conditions.

 

Ensuite, vous devrez déposer une déclaration préalable de travaux en mairie si votre extension de maison est en bois et est comprise entre 5 et 40 m² de surface habitable. Pour les projets d’agrandissements en briques ou en bois supérieurs à 40 m² de surface habitable, un permis de construire devra être demandé.

 

Dès lors que votre projet d’agrandissement porte votre surface totale à plus de 170 m², le recours à un architecte est obligatoire en plus du permis de construire. Néanmoins, nous vous recommandons de faire appel à un architecte pour les travaux les plus complexes comme la surélévation de toitures, la construction d’un annexe ou d’une extension latérale.

 

Une fois les travaux terminés, vous devrez remplir une déclaration d’achèvement de travaux (DAACT), et demander une attestation de non contestation aux services de l’urbanisme.

Harmoniser son extension avec sa maison

Vous avez choisi la véranda, l’extension latérale ou la surélévation ? Dans ces 3 cas, il est absolument indispensable d’harmoniser votre extension et votre maison actuelle. Vous ne devez pas imaginer que cette extension est une partie indépendante de la maison, sauf si c’est une véritable annexe. Il faut donc que l’extension soit cohérente par rapport au reste de votre logement : c’est un prolongement logique, fonctionnel et esthétique.

 

A l’extérieur aussi, l’agrandissement doit être en harmonie avec la façade existante. Un ravalement de façade devra peut-être être envisagé pour un rendu agréable et soigné, sans démarcation entre votre maison et sa nouvelle extension.

 

Nous vous recommandons de contacter un architecte d’intérieur pour qu’il fasse les bons choix architecturaux et penser à la continuité des peintures et des revêtements de sol. L’objectif : donner l’impression que votre extension a été prévue dès le début de la construction !

 

 

Rencontrer nos architectes au salon Viving BrestRencontrer nos architectes au salon Viving LorientRencontrer nos architectes au salon Viving Vannes

 

Construire sa maison sur un terrain à bâtir : nos conseils

Lorsqu’on se décide à acheter un terrain pour construire sa maison, le parcours peut s’avérer compliqué. Faire construire une maison demande beaucoup d’investissement sur la durée et les étapes sont nombreuses : choisir le bon terrain, engager un constructeur, choisir sa maison, demander un permis de construire, financer les travaux, etc.

Définir son budget de construction

Avant de vous lancer dans l’achat d’un terrain et d’une maison neuve, soyez certain que vous avez le budget pour la construire. En moyenne, le m² d’une maison neuve vaut environ 1400€ mais cela varie évidemment selon l’emplacement de votre terrain. En France, le prix moyen d’une maison neuve avec son terrain coûte 240 000€.

Le recours à un crédit immobilier est généralement nécessaire pour construire une maison sur un terrain à bâtir. Prenez rendez-vous rapidement avec plusieurs banques (dont la vôtre) pour parler de votre projet immobilier, afin de déterminer votre capacité d’endettement et votre apport personnel.  Le fait de mettre plusieurs organismes bancaires en concurrence vous permettra d’obtenir de meilleures conditions de prêt et d’intérêts.

Choisir un terrain pour construire sa maison

Avant de construire une maison, il faut choisir un terrain constructible. Vous pouvez trouver des annonces de terrains à vendre dans des agences immobilières, auprès d’aménageurs lotisseurs et de constructeurs de maisons individuelles, à la mairie ou directement auprès de particuliers.

La localisation

La localisation fait partie des critères essentiels lorsqu’on choisit un terrain à bâtir. Nous vous conseillons d’opter pour un emplacement “côté”, à proximité de commerces, d’écoles et de transports en commun, pour que votre maison ne perde pas de valeur avec le temps. De la même façon, faites attention aux nuisances : chemins de fer, axes routiers, couloirs aériens, champs… cela pourrait déprécier votre maison.

Secteur diffus ou lotissement

On trouve deux types de terrains à bâtir : les terrains en secteur diffus, ou isolés, et les terrains situés dans un lotissement.

Dans un secteur diffus, votre liberté sera plus grande : vous pourrez faire construire la maison de votre choix. Cependant, les travaux de raccordement (tout à l’égout, eau, gaz, internet, etc) seront aussi à votre charge si la parcelle n’est pas viabilisée.

Dans un lotissement, votre terrain sera déjà viable. Mais les terrains sont généralement petits et soumis à des règles d’urbanisme contraignantes.

Caractéristiques de votre terrain

Avant d’acheter votre terrain, vérifiez que vous avez bien accès aux informations concernant votre parcelle, et consultez le plan local d’urbanisme de la mairie. Pour faire un choix éclairé, vous devez avoir en tête les règles d’urbanisme liées à votre terrain qui vous limiteront peut-être. Vous pouvez aussi consulter les risques naturels et technologiques de votre parcelle sur le site georisques.gouv.fr.

Modèle de construction

Le modèle de construction va grandement dépendre de l’emplacement de votre terrain, en lotissement ou en secteur diffus. En général, les terrains en lotissement imposent leur constructeur de maisons individuelles, ce qui vous offre davantage de garanties. Dans un secteur diffus, vous pouvez acheter un terrain libre de constructeur, ce qui vous permet de choisir vous-même le constructeur qui réalisera la maison de vos rêves.

Engager un constructeur de maison

Dans le cas où vous achetez un terrain libre de constructeur, c’est à vous d’engager un constructeur de maisons. C’est lui qui supervisera votre chantier et coordonnera l’ensemble des artisans qui interviendront. A savoir : si la maison dépasse les 150 m², le recours à un architecte est obligatoire.

Nous vous recommandons de vous adresser à un constructeur de maisons individuelles qui travaille dans le cadre du CCMI (Contrat de construction de maison individuelle), régi par la loi de 1990. C’est un cadre juridique très protecteur pour l’acheteur, qui garantit une livraison à prix et délais convenus.

Découvrir les constructeurs de maisons sur les salons Viving

Choisir sa maison

Lorsque vous engagez votre constructeur de maisons individuelles, il est possible qu’il vous propose un catalogue de maisons. C’est un bon point de départ pour déterminer une base de maison à personnaliser selon vos désirs. Vous pouvez ainsi choisir une architecture, des plans, des équipements et des aménagements facilement. D’autres constructeurs proposent des maisons sur-mesure et créent votre projet immobilier de A à Z.

Signer le contrat de construction

Une fois que votre projet est validé et que vous avez trouvé votre constructeur, il ne vous reste plus qu’à signer un contrat de construction de maison individuelle – loi de 1990 ou CCMI. Ce contrat fixe un prix global forfaitaire et définitif et vous garantit une livraison à prix et délais convenus. Le paiement est également échelonné : la banque débloque les fonds au fur et à mesure de l’avancement des travaux.

Le non-respect des règles de construction est un délit passible de sanctions pénales : une amende de 45 000€ et, en cas de récidive, une amende de 75 000€ et 6 mois d’emprisonnement.

Demander un permis de construire

En faisant appel à un constructeur, vous êtes débarrassé de la demande du permis de construire : c’est à lui de déposer le dossier complet en mairie. Il ne vous reste qu’à attendre 2 ou 3 mois pour recevoir l’autorisation.

En secteur protégé, les règles de construction sont plus strictes et cela allonge le délai d’autorisation du permis de construire. De plus, vous devrez également obtenir l’avis d’un architecte des Bâtiments de France avant d’entamer la construction. En effet, l’architecture, la volumétrie, le type et les couleurs de matériaux sont réglementés et vous devrez vous conformer à l’avis de l’architecte spécialisé.

Pensez également à demander un certificat d’urbanisme qui informe sur la constructibilité, les équipements publics existants, les dispositions d’urbanisme, les droits et les obligations liées à votre parcelle. C’est un document administratif gratuit.

Financer la construction de sa maison

Après avoir estimé votre budget et avoir choisi votre terrain et votre maison, il faut passer à l’étape du financement. Vous pouvez souscrire un crédit immobilier pour le terrain puis pour la construction de la maison, mais nous vous recommandons d’opter pour un crédit global comprenant le terrain et la maison : ce sera bien plus avantageux. La banque débloquera dans un premier temps les fonds pour le terrain, puis pour la maison.

Le contrat de construction de maison individuelle (CCMI) rassure les banques, car c’est le cadre le plus sécurisant pour l’acheteur qui est certain de ne pas payer de frais supplémentaires à ce qui était convenu.

Pour financer votre construction, n’hésitez pas à vous renseigner sur les différents types de prêts immobiliers. Votre banque devrait normalement vous proposer le crédit le plus adapté à votre situation.

Signer la réception de chantier et devenir propriétaire

Une fois le chantier terminé, c’est le moment de réceptionner votre maison et d’en devenir le propriétaire officiel. Vous devez vérifier que la maison livrée est bien conforme à ce qui était prévu avant de signer le procès-verbal de réception du chantier.

Si ce n’est pas le cas, vous avez le droit d’émettre des réserves sous 8 jours et de vous faire assister par un expert afin qu’il repère les éventuelles imperfections.

Assurer sa maison neuve

Une fois que vous êtes propriétaire, vous êtes responsable des sinistres qui pourraient survenir : vous devez absolument souscrire une assurance multirisque habitation pour vous protéger.

La garantie de parfait achèvement oblige le constructeur à réparer les malfaçons survenues dans l’année de la réception des travaux. La garantie décennale, elle, dure 10 ans à compter de la réception des travaux.

 

Participez aux salons Viving

 

Construction en bois, les bonnes raisons de se laisser tenter.

POURQUOI SE LAISSER TENTER PAR LA CONSTRUCTION EN BOIS.

Au Japon, 50% des maisons sont en bois. Au Canada et aux Etats-Unis ou dans les pays scandinaves, on frôle les 90%. En France, ce marché représente à peine 5% !

Ce chiffre témoigne d’une grande méconnaissance des vertus du bois dans la construction et beaucoup d’aprioris. Avant toutes choses, le bois est un matériau naturel, sain et renouvelable. Il symbolise mieux que tout autre matériau, l’esprit du développement durable. Et le bien-être ressenti dans une construction en bois est réel. Passage en revue des bonnes raisons de vous faire aimer une construction en bois. 

Dewaele HP-slideshow-3-SantesHeyteCrédit@Dewaele

LES IDÉES CONSTRUCTION MAISON

UN TRÈS BON ISOLANT

Le bois isole 15 fois mieux que le béton, 450 fois mieux que l’acier, 1 700 fois mieux que l’aluminium.

Le bois a donc une performance thermique très élevée. Sa rentabilité à travers les importantes économies d’énergie réalisées peut aller jusqu’à 80 %.

Ses performances d’isolation acoustiques sont également reconnues. Le bois peut réfléchir ou absorber les ondes sonores.

ATOUT ÉCOLOGIQUE

Le bois a une faible consommation en CO2. Il est issu de l’air, de l’eau et du soleil.

A la seule vue du coût énergétique de fabrication des matériaux par rapport à leur efficacité d’isolation, l’empreinte d’une maison à ossature bois isolée avec des matériaux naturels et des fenêtres en bois est beaucoup plus faible que celle d’une maison conventionnelle avec béton, brique, structure acier et fenêtres alu.

PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

Pour être réellement respectueux de l’environnement, il faut être vigilent au choix des bois et s’orienter vers ceux issus de forêts gérées durablement sous éco certification : PEFC ou FSC.

Les chantiers de construction de maisons bois sont sans nuisances (sonores, olfactives), et le taux de déchets est très faible avec un taux de recyclage très élevé. Leur impact sur la nature environnante est donc faible.

UNE RÉGULATION HYGROTHERMIQUE PERFORMANTE

Le bois est un matériau naturellement respirant, il absorbe l’excès d’humidité et le restitue par temps sec.  Une maison en bois vous apporte un confort de vie et  une sensation immédiate de bien être.

INSPIRATION CONSTRUCTION MAISON

UNE MAISON SOLIDE, DURABLE

Dewaele-Zimmerman-1Crédit@Dewaele

La grande résistance mécanique du bois, alliée à sa légèreté, en ont fait le matériau de choix utilisé depuis des siècles pour l’exécution des charpentes, pièces maîtresse de toutes les maisons quelle que soit la composition de leurs murs.

La faible conductivité thermique du bois est une alliée précieuse en cas d’incendie.

Le bois transmet la chaleur 10 fois moins vite que le béton et 250 fois moins vite que l’acier.

Sa forte capacité d’absorption assure aux maisons bois un meilleur comportement face aux phénomènes sismiques.

CONSTRUCTION RAPIDE ET ÉVOLUTIVE

L’ossature bois est un mode de construction, ne nécessitant pas de délai de séchage, elle n’exige donc aucune attente avant finition, quel que soit le mode de construction choisi.

La construction à ossature bois est souple et modulable. Elle s’adapte et peut être agrandie facilement.

OPTIMISATION DE LA SURFACE HABITABLE

A solidité égale, un mur fini en parpaing aura une épaisseur d’environ de 40 cm, alors qu’un mur en ossature bois avec une isolation thermique supérieur ne dépassera pas 21 cm. Vous bénéficiez d’une surface habitable plus grande.

FAIBLE ENTRETIEN

Naturellement, certaines essences n’ont pas à craindre les insectes amateurs de bois, notamment les termites. Le choix des essences de bois devra donc se faire en fonction de votre niveau d’exposition.

L’entretien est fonction, là encore de votre choix d’essence de bois. Et il sera plus ou moins régulier d’une maison bois à l’autre. Certains bois sont naturellement imputrescibles, d’autres devront subir un traitement avant leur mise en œuvre.

En bardage brut, votre façade ne demandera aucun entretien. Sous l’effet des ultra-violets, elle grisera avec le temps. Mais sa teinte n’affectera en rien la résistance de la maison bois dans le temps.

Pour les façades peintes, un rafraîchissement sera nécessaire comme pour les maisons traditionnelles : ce rafraîchissement aura lieu plus fréquemment mais la durée de l’intervention sera plus courte et son coût moins élevé.

Qu’est-ce qu’une maison contemporaine ?

UNE MAISON CONTEMPORAINE, C’EST QUOI ?

Difficile de définir avec précision ce qu’est une maison contemporaine. On l’imagine souvent cubique avec de grandes baies vitrées et un toit plat. On lui associe aussi une dimension technologique pour une gestion intelligente, une conception qui veille à un mode de fonctionnement économe en énergie. La maison contemporaine privilégie le bien vivre ensemble avec de l’ouverture, de la fluidité, des espaces partagés. Elle fait appel à l’emploi de la domotique utilisant l’énergie solaire pour vivre plus facilement sa maison au quotidien.

CONSEILS MAISON

UNE CONSTRUCTION ÉCO-RESPONSABLE

Architecteo - maison-contemporaine-bois-facade-atelier16archiCrédit@Architecteo

La conception d’une maison contemporaine s’appuie sur un maximum d’options pour optimiser la réduction de la consommation énergétique et pour respecter l’environnement. On parle souvent de Maison passive. Sa définition repose sur le principe suivant : la chaleur dégagée par l’intérieur de la maison (êtres vivants, appareils électriques) et celle apportée par l’extérieur (ensoleillement) suffit à chauffer l’habitation. Un bâtiment occupé qui ne perd pas la chaleur interne n’a pas besoin de chauffage pour rester agréable à vivre. Le chauffage du logement ne sert qu’à compenser les pertes de chaleur.

L’IMPLANTATION

Une implantation réussie tient compte des éléments naturels environnants. 
 L’orientation de la maison, l’implantation végétale est prise en compte en fonction qu’on habite une région peu ensoleillée ou au contraire très exposée. On cherche à puiser les sources de chaleur ou à s’en protéger pour consommer au plus juste en terme de chauffage ou à l’inverse de climatisation.

Les vitrages électrochromes offrent une forte isolation thermique qui permet de réduire les coûts de climatisation. En hiver, en revanche, la radiation solaire est utile pour chauffer l’intérieur du bâtiment. Ce problème dynamique peut être résolu par les vitrages électrochromes, et grâce à leur transmission variable de lumière. On estime à 30% l’économie d’énergie réalisée sur une année pour une région tempérée.

Les matériaux à isolation répartie, les vitrages acoustiques, l’isolation par l’extérieur, l’utilisation d’équipements utilisant une énergie renouvelable (panneaux solaires, chauffage au bois, géothermie, énergie éolienne…) font partie des bases d’une maison.

L’isolation peut faire appel à une techniques du type puits canadien (ou provençal), un système de canalisations d’air maintenant les pièces à température constante tout en contribuant à l’aération des pièces.

L’AUTO PRODUCTION D’ÉNERGIE

La maison peut aussi contribuer à produire une partie de l’énergie qu’elle consomme. Selon les cas, là encore, il s’avèrera plus efficace de se tourner vers le photovoltaïque (énergie solaire), l’éolien ou la géothermie.

La gestion de l’eau (installations à bas débit et récupération de l’eau de pluie…) et celle des déchets (tri sélectif, WC secs permettant d’alimenter le compost local…) contribue également à rendre la maison autonome et économe.

IDÉES CONSTRUCTION MAISON

MAISON CONTEMPORAINE, TOITURE PLATE ET VÉGÉTALISATION

Vendée Etanchéité - Toiture-végétale-Vendée-Etanchéité-011Crédit@Vendée Etanchéité

Si vous avez le projet de développer une toiture plate végétalisée comme on en voit de plus en plus, soyez très prudent quant à l’entreprise qui réalisera l’étanchéité et l’isolation de votre toiture. Celle-ci est primordiale. L’ADIVET (Association des Toitures Végétales) propose sur son site, une liste de fournisseurs de matériaux d’étanchéité et de systèmes de végétalisation.

LE COÛT D’UNE MAISON CONTEMPORAINE ÉCOLOGIQUE

Crédit APLA-Laure Pettier-840aCrédit@APLA – Laure Pettier

Une maison contemporaine et écologique représente un surcoût de 10 à 15% par rapport à une habitation classique. Ce surplus est un investissement dans le temps puisqu’il permet de faire des économies sur la consommation de chauffage et d’électricité.

Par ailleurs, vous pourrez bénéficier du crédit d’impôt 2016, disposition fiscale vous permettant de déduire de vos impôt sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux d’amélioration énergétique portant sur une résidence principale.

Des aides sont également apportées dans le domaine du solaire à l’échelle des régions et des communes.

Abattre des cloisons pour gagner de l’espace

Les constructions anciennes avaient tendance à cloisonner les pièces et à séparer les espaces de vie. Aujourd’hui, la tendance est à l’ouverture. On décloisonne pour gagner en surface et pour faire communiquer la cuisine avec le séjour, la chambre avec la salle de bain, l’entrée avec le salon… La question d’abattre des cloisons se pose naturellement et ouvre les horizons. On sait qu’un mur abattu peut changer radicalement la nature d’un habitat. Encore faut-il prendre quelques précautions avant de se lancer dans les travaux.

QUELLE EST LA NATURE DE LA CLOISON À ABATTRE ?

L’erreur majeure et la plus préjudiciable serait d’abattre un mur porteur. Pour être certain d’un bon diagnostic, il est important d’étudier les plans de construction. Ou de se rapprocher d’un architecte ou d’un professionnel du bâtiment. Les murs porteurs étant destinés à supporter la charpente et la structure des planchers d’un bâtiment, ils sont généralement situés à la périphérie ou au centre de la maison. Son rôle clé dans le soutien d’une habitation rend les travaux et les modifications délicates.

Si on habite en immeuble – même si on est propriétaire de son appartement – il faut obtenir un accord écrit de la part de la copropriété. Pour les propriétaires de maisons, un permis de construire de la mairie est nécessaire dans le cas où on souhaite modifier la façade. Quel que soit le cas de figure, il est important de demander une copie du devis d’assurance au professionnel qui sera en charge des travaux avant le démarrage du chantier ! Les travaux commenceront systématiquement par la pose d’étais puis par la mise en place d’un poteau IPN. Une fois le béton sec, la démolition du mur se fait progressivement en commençant par le haut de celui-ci et en terminant par la partie proche du plancher.

PENSER À VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE CÂBLES DANS LA CLOISON

Si un câble électrique, une canalisation traverse la cloison, il faut prévoir leur déplacement au fur et à mesure de l’abattage en veillant à ne pas les endommager. L’intervention d’un électricien est recommandée pour cette manipulation.

PRÉPARER ET ISOLER LA CLOISON À ABATTRE

Abattre une cloison génère beaucoup de poussières et peut provoquer des dégâts sur vos sols. Il est conseillé de protéger les meubles et les surfaces de bâches, de vieux draps ou de vieilles couvertures pour amortir la chute des blocs.

PROTÉGER LE PLAFOND

Une fois la nature du mur à abattre identifiée, des étais doivent être posés du sol au plafond afin de supporter celui-ci au moment de l’abattage de la cloison.

CHOISIR LES OUTILS ADAPTÉS

Lunettes, masques, gants sont nécessaires pour être protégé des projections et de la poussière. Les outils utilisés sont différents en fonction de la nature de la cloison à abattre. Pour une surface en Placoplâtre®, une masse suffira, pour des murs en briques voire en béton, l’utilisation d’une tronçonneuse à disque sera nécessaire.