Tout savoir sur la pompe à chaleur

Vous souhaitez remplacer votre chaudière ? La pompe à chaleur vous intéresse ? On vous explique tout ce qu’il y a à savoir sur la PAC : modèle, avantages, inconvénients, prix, entretien, etc. Rendez-vous aux salons Viving pour rencontrer nos professionnels !

A quoi sert une pompe à chaleur ?

La pompe à chaleur, ou PAC, est un appareil de chauffage qui utilise l’énergie renouvelable naturellement présente dans l’air, l’eau ou la terre. La PAC récupère la chaleur et la transforme en énergie thermique pour chauffer un logement et produire de l’eau chaude. La pompe à chaleur réversible produit également du froid en été pour rafraîchir le logement.

Quelle pompe à chaleur choisir ?

Pompe à chaleur air eau

La pompe à chaleur air eau puise les calories dans l’air extérieur et utilise l’eau pour transporter la chaleur dans le logement. Elle alimente le chauffage central et l’arrivée d’eau chaude.

Le fonctionnement de la PAC air eau est compromis lorsqu’il fait très froid, à partir de -5°C. L’utilisation d’un chauffage d’appoint devient nécessaire.

Pompe à chaleur air air

La pompe à chaleur air air extrait les calories dans l’air grâce à un dispositif placé à l’extérieur du logement. Elle redistribue l’énergie thermique à l’intérieur grâce à une ou plusieurs unités intérieures. La PAC air air n’est pas reliée au circuit d’eau comme la PAC air eau.

Pompe à chaleur eau eau

La pompe à chaleur eau eau puise l’énergie directement dans les nappes phréatiques. Elle la transforme grâce au procédé d’aquathermie. L’énergie est envoyée vers le circuit d’eau du chauffage central du logement.

Pompe à chaleur géothermique

La pompe à chaleur géothermique extrait l’énergie du sol grâce à des capteurs, qu’elle injecte dans le circuit de chauffage central.

Pompe à chaleur réversible

Certaines pompes à chaleur air eau ou air air sont réversibles. Cela leur permet de rafraîchir le logement pendant l’été. Le système est cependant moins efficace qu’une climatisation, mais plus écologique.

Avantages d’une pompe à chaleur

Économies d’énergie

Installer une pompe à chaleur dans votre logement vous permettra de faire de belles économies d’énergie tout en faisant baisser votre facture d’électricité. Les composants de la PAC sont peu énergivores et la matière première utilisée est naturelle et renouvelable.

Lors de votre choix de PAC air eau, vérifiez son coefficient de performance (COP). Pour la PAC air air, on parle de coefficient de performance saisonnier (SCOP). Une bonne performance est située entre 4 et 5.

Confort d’utilisation

La PAC est très agréable à utiliser. En fonctionnement, elle ne dégage pas d’odeur, contrairement aux chaudières au fioul ou au bois. Sa performance permet de faire augmenter rapidement la température et de la maintenir durablement.

Les pompes à chaleur réversibles vous apportent encore plus de confort grâce au rafraîchissement de l’air intérieur en été.

Installation facile

L’installation d’une pompe à chaleur est relativement aisée, en particulier lors d’une construction de logement. En rénovation, la PAC air eau se raccorde directement au circuit d’eau existant, sauf si votre chauffage est uniquement électrique. Il est néanmoins indispensable de faire appel à un professionnel pour installer votre pompe à chaleur.

Faible impact environnemental

Les matières premières utilisées par la pompe à chaleur peuvent être l’air, l’eau et la terre. Soit des ressources renouvelables et naturelles ! La PAC a donc un très faible impact environnemental. La seule pollution engendrée est l’énergie utilisée pour produire l’électricité qu’elle consomme.

Pilotage à distance

Connectez votre pompe à chaleur à votre maison grâce à la domotique ! Avec un thermostat programmable connecté, vous pouvez collecter les données de consommation du logement et programmer l’activation et la désactivation de la PAC. De cette façon, vous optimisez les dépenses énergétiques de votre habitat et diminuez votre facture d’électricité.

Inconvénients d’une pompe à chaleur

Le bruit

Malgré le confort apporté par la PAC, elle risque d’incommoder vos voisins à cause du bruit produit en fonctionnement. Certaines copropriétés ont d’ailleurs interdit l’installation de pompes à chaleur pour cette raison.

La performance variable

Certains modèles de pompes à chaleur sont moins performants que d’autres, surtout en cas de forte baisse des températures extérieures. A partir de -5°C, certaines PAC perdent en efficacité et nécessitent l’installation d’un chauffage d’appoint.

L’emplacement

Pour garantir l’efficacité de la pompe à chaleur, vous devez choisir le meilleur emplacement possible, à l’abri du vent et au soleil. Un professionnel spécialiste des pompes à chaleur saura vous aiguiller pour installer votre PAC au bon endroit.

Le prix

Malgré les aides existantes, la PAC reste un investissement important qui varie selon le type de pompe à chaleur choisi. La pompe à chaleur air air est le modèle le plus accessible.

Pompe à chaleur : prix

Le coût d’achat et d’installation d’une pompe à chaleur est variable selon la PAC choisie, la surface à chauffer et le prestataire retenu. Voici les prix moyens pratiqués, installation comprise :

 

PAC + installation Prix moyen
Pompe à chaleur air air entre 6 000 et 15 000€
Pompe à chaleur air eau entre 7 000 et 15 000€
Pompe à chaleur géothermique entre 7 000 et 20 000€
Pompe à chaleur eau eau entre 20 000 et 40 000€

 

En général, une pompe à chaleur dure 20 ans, c’est donc un investissement longue durée. Pour vous aider à la financer, il existe plusieurs aides de l’État pour la pompe à chaleur.

Prime Coup de pouce Chauffage

Cette prime financée par l’État permet de payer les dépenses pour le remplacement d’un chauffage. Pour en bénéficier, les travaux ou l’installation du nouvel équipement doivent être réalisés par un professionnel RGE. Elle est cumulable avec d’autres aides.

MaPrimeRénov’

MaPrimeRénov’ a remplacé le crédit d’impôt sur la transition énergétique et l’aide Habiter mieux agilité de l’ANAH. Elle est disponible pour tous les ménages français depuis octobre 2020. Le montant de la prime dépend du chantier prévu, de votre situation géographique et des revenus du foyer.

Eco-PTZ

Vous pouvez bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro pour faire vos travaux de rénovation énergétique. Grâce à ce crédit bancaire, empruntez jusqu’à 30 000€ sur 15 ans avec un taux d’intérêt à 0%.

TVA à 5,5%

Pour bénéficier de la TVA à 5,5%, les travaux doivent être réalisés par des professionnels RGE. L’achat et la pose du matériel vous octroient également cette TVA à taux réduit.

Entretien d’une pompe à chaleur

L’entretien de la pompe à chaleur est obligatoire. Le but est d’éviter les dysfonctionnements entraînant une hausse de la consommation et les fuites de liquides frigorigènes toxiques. Légalement, une visite de contrôle tous les 2 ans est indispensable. Le coût de l’entretien d’une PAC varie généralement entre 100 et 300€, selon le contrat de maintenance et le prestataire choisi.

 

Protéger sa maison des cambriolages : alarmes et systèmes anti-effraction

Protéger sa maison des cambriolages : alarmes et systèmes anti-effraction

557 000 cambriolages et tentatives de cambriolage ont eu lieu en 2018, et le nombre d’habitations cambriolées en 2019 n’a pas faibli. Par l’installation de systèmes anti-effraction et d’alarmes, on peut protéger sa maison des cambriolages grâce à leur effet dissuasif.

Les systèmes anti-effraction pour portes

Les systèmes anti-effraction sont particulièrement dissuasifs, car la plupart des cambrioleurs recherchent des maisons dans lesquelles il est facile d’entrer. Si votre porte est compliquée à ouvrir, il y a des chances que le cambrioleur passe à une autre maison.

Vous pouvez par exemple investir dans une serrure anti-effraction, à installer sur votre porte d’entrée. Ces serrures sont protégées contre le crochetage, l’arrachement ou le percement. Choisissez de préférence les serrures labellisées A2P, qui garantissent la résistance à l’effraction.

Il existe également des cornières anti-effraction, à poster sur les côtés et le haut de la porte. Ces cornières empêchent les cambrioleurs d’utiliser un pied de biche pour faire levier et arracher les charnières de la porte.

Un simple verrou supplémentaire sur votre porte d’entrée est également un obstacle additionnel qui peut décourager les voleurs débutants.

Les systèmes anti-effraction pour fenêtres et baies vitrées

Les fenêtres et les baies vitrées sont également des entrées intéressantes pour les cambrioleurs.

Pour les volets, choisissez des barres de sécurité 4 points pour volets, composées de deux points par volet : la barre ne peut être soulevée de l’extérieur. Il existe également des barres à 6 ou 8 points, pour sécuriser plusieurs volets. Les portes de garage peuvent également être sécurisées avec ce type de système.

Les baies vitrées coulissantes sont très faciles à fracturer, c’est donc un des premiers éléments à protéger chez vous. Un verrou de baie vitrée coulissante est efficace et simple à installer : il suffit de poser le verrou entre le cadre du vantail extérieur et le montant du vantail intérieur, à fermer par un tour de clé.

Les alarmes

Après avoir renforcé vos portes et vos fenêtres, cibles privilégiées des cambrioleurs, vous pouvez installer un système d’alarme pour contrôler à distance ce qui se passe chez vous. Nous vous conseillons une alarme avec vidéosurveillance, pour surveiller à tout moment votre habitation par vous-même ou grâce à une société de télésurveillance.

Le système d’alarme se compose donc d’une ou de plusieurs caméras, de détecteurs de mouvement, d’ouverture ou de bris de vitre et des sirènes d’intérieur ou d’extérieur. Le déclenchement des sirènes peut faire fuir rapidement les voleurs : pensez-y en choisissant votre système d’alarme.

Radiateur ou plancher chauffant ?

Si le radiateur est déjà installé dans bon nombre de logements, le plancher chauffant fait parler de lui avec sa qualité de chauffe surprenante. Vous souhaitez rénover votre logement ou faire construire une maison ? Découvrez les avantages du plancher chauffant et du radiateur.

Pourquoi choisir un radiateur ?

Système classique de chauffage, le radiateur offre des avantages spécifiques selon le type de radiateur choisi. Il en existe aujourd’hui de nombreuses sortes !

On pense tout d’abord aux radiateurs électriques, présents dans de nombreux logements. Ils sont parfaitement adaptés aux petits budgets, offrent une qualité de chauffage convenable et leur entretien est basique.

Si vous vivez dans un logement ancien, vous avez peut-être des radiateurs en fonte : ils offrent un grand confort thermique même s’ils ne s’adaptent pas vraiment aux intérieurs actuels.

Les radiateurs muraux, semblables à des panneaux chauffants, ont l’avantage d’être à la fois esthétiques et de procurer un confort thermique inégalable, même par rapport aux planchers chauffants ! Ceux-ci sont en effet moins réactifs et évolutifs que les radiateurs muraux.

Les panneaux rayonnants sont souvent installés dans les logements neufs : ils sont performants tout en étant accessibles. Les panneaux rayonnants sont désormais préférés aux radiateurs électriques, car ils procurent une grande qualité de chauffe.

On trouve également des radiateurs à chaleur douce, parfaits pour apporter une température stable et homogène à l’ensemble de votre pièce. Esthétiques, ils chauffent rapidement le logement, de façon durable et sans assécher l’air.

Bien sûr, n’oublions pas qu’il est possible d’avoir un radiateur connecté, pour les piloter à distance et contrôler régulièrement leur température et leur consommation d’énergie.

Cependant, on ne peut pas omettre les quelques inconvénients des radiateurs. Les radiateurs fonctionnent généralement en chauffant l’air par convection, c’est-à-dire qu’il monte vers le plafond et retombe vers le sol une fois refroidi. De ce fait, l’air proche du radiateur sera toujours plus chaud que l’air de l’autre côté de la pièce. Pour pallier à cela, on a tendance à augmenter la température du radiateur, ce qui entraîne une surchauffe et une baisse de confort.

Pourquoi choisir un plancher chauffant ?

Si vous êtes en train de faire construire votre maison, n’hésitez pas à faire installer un plancher chauffant : dans le cadre d’une rénovation, c’est beaucoup plus compliqué et coûteux.

Le plancher chauffant diffuse de la chaleur par rayonnement, et offre ainsi un excellent confort thermique, avec une température constante et bien répartie. De plus, c’est un système esthétique car invisible : fini les espaces occupés par les radiateurs ! En termes d’hygiène, le plancher chauffant ne dégage aucune poussière puisqu’il est situé sous votre sol.

Adapté à tous les types d’énergie (panneaux solaires, chaudière, pompe à chaleur…), il permet également d’économiser de l’énergie car il consomme moins qu’un chauffage traditionnel, pour la même température et sensation de chaleur.

Toutefois, les planchers chauffants ne sont pas adaptés à tous les budgets. On compte entre 70 à 100€ par m² pour ce type d’installation, soit en moyenne 50€/m² de différence entre radiateur et plancher chauffant ! Bien sûr, il faut considérer les économies d’énergie possibles avec ce système, mais cela reste un investissement.

Si vous décidez d’effectuer une rénovation pour installer un plancher chauffant, cela demande des travaux conséquents : surélever le sol pour intégrer le plancher chauffant, adapter l’ouverture des portes, etc. De plus, certains revêtements de sol ne se prêtent pas à ce type de chauffage : c’est le cas des moquettes ou des planchers de bois épais.

Combiner plancher chauffant et radiateur

Les deux solutions vous attirent par leurs avantages respectifs ? Il est possible de combiner plancher chauffant et radiateur selon l’usage de vos pièces !

Si vous avez une maison à étage, on vous conseille d’installer un plancher chauffant au rez-de-chaussée, pour les pièces de vie (cuisine, séjour, salle à manger…), et des radiateurs à l’étage, pour les chambres et salle de bain.

Participer à un salon Viving près de chez moi

 

Chauffage connecté : définition et avantages

Vous trouvez que vous payez votre chauffage trop cher ? que la température dans les pièces est mal répartie ? Optez pour un chauffage connecté pour maîtriser la température de votre maison à domicile ou à distance avec votre smartphone. Grâce au chauffage connecté, vous améliorez votre confort et optimisez votre consommation d’énergie pour faire des économies facilement.

Qu’est-ce que le chauffage connecté ?

A une époque où la maison devient de plus en plus intelligente grâce à la domotique, le chauffage connecté est un indispensable : il permet de programmer à distance le chauffage de votre maison, en réglant sa température et sa durée de fonctionnement, depuis un smartphone ou une tablette. Des détecteurs peuvent être intégrés pour allumer et éteindre le chauffage automatiquement selon la présence de personnes dans la pièce, ou éteindre le chauffage si les fenêtres sont ouvertes.

Lorsqu’on parle de chauffage connecté, on considère 3 technologies : le radiateur connecté, le thermostat connecté et la vanne thermostatique connectée.

Comment fonctionne le chauffage connecté ?

Tout d’abord, un système de programmation doit être installé sur votre chauffage, par un domoticien. Vous pouvez ensuite contrôler vos appareils de chauffage à distance avec une application sur votre smartphone.

Grâce au chauffage connecté, vous réglez, mesurez et enregistrez la température de vos pièces. Selon votre système, il est possible de contrôler un système de chauffage central ou chacun de vos radiateurs. Vous pouvez augmenter ou diminuer la température de votre chauffage, définir des horaires d’allumage et d’extinction, vérifier votre consommation d’énergie, etc.

Les avantages du chauffage connecté

Installer un chauffage connecté chez soi offre de nombreux avantages, notamment en termes de confort et d’économie d’énergie.

Economies d’énergie

Le chauffage connecté, grâce à ses fonctionnalités, permet de réaliser des économies d’énergie de 10 à 30% en moyenne sur votre facture de chauffage. En programmant les températures de chaque radiateur, vous pouvez les moduler selon l’utilisation des pièces et éviter la surchauffe. Si vous vous absentez et que vous avez laissé vos radiateurs allumés, vous pouvez les éteindre à distance. Les détecteurs présents sur les radiateurs ajustent automatiquement la température selon la présence de personnes dans la pièce ou l’ouverture des fenêtres, ce qui évite de chauffer inutilement. Enfin, en surveillant votre consommation régulièrement, vous pouvez ajuster votre chauffage au quotidien et éviter les mauvaises surprises à l’arrivée de la facture.

Confort d’usage

Programmer votre chauffage vous offre un meilleur confort de vie. Contrôlables à distance, vous pouvez rallumer vos radiateurs avant de rentrer du travail avec votre smartphone, afin de profiter de la chaleur de votre domicile dès votre arrivée. De plus, la programmation du chauffage est très facile et intuitive, grâce à une application dédiée.

Gestion facile

Le chauffage connecté est très simple à utiliser. La gestion se fait directement sur votre smartphone, pour allumer et éteindre votre chauffage à domicile ou à distance et surveiller votre consommation d’énergie.

Les aides pour installer un chauffage connecté

Installer un chauffage connecté peut vous permettre de bénéficier du CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique), si vous faites appel à un professionnel certifié RGE.

 

>> En savoir plus sur les aides à la rénovation énergétique

Tout savoir sur les panneaux solaires

Vous envisagez d’installer des panneaux solaires sur votre toit pour faire des économies d’énergie ? L’énergie solaire peut être convertie en chaleur ou en électricité. Dans cet article, vous découvrirez tout ce qu’il faut connaître sur les panneaux solaires, leur fonctionnement, les types de panneaux solaires et leur installation.

Panneau solaire : qu’est-ce que c’est ?

Un panneau solaire recueille de l’énergie solaire afin de la transformer en énergie thermique (chaleur) ou en énergie électrique (électricité). L’énergie thermique apporte du chauffage ou de l’eau chaude à une habitation.

Il existe donc 2 types de panneaux solaires : le panneau solaire thermique, pour la chaleur, et le panneau photovoltaïque, pour l’électricité.

L’énergie solaire est une énergie renouvelable, sans émission carbone, à privilégier pour répondre aux enjeux environnementaux actuels.

Fonctionnement du panneau solaire thermique

Pour transformer la lumière en chaleur, les panneaux solaires thermiques recueillent l’énergie solaire par une plaque de verre transparente. L’absorbeur noir présent sous ce verre collecte 80 à 90% des rayons du soleil. Du fait de la chaleur, l’absorbeur émet des infrarouges. Ces infrarouges sont bloqués entre la plaque de verre et la plaque de métal : l’air entre les 2 plaques chauffe et améliore le rendement. Cette énergie thermique est ensuite transmise au liquide caloporteur et acheminée vers le ballon d’eau chaude.

Fonctionnement du panneau photovoltaïque

Le panneau photovoltaïque produit de l’électricité en 3 étapes. D’abord, les photons du soleil frappent les cellules photovoltaïques. Ils transmettent leur énergie aux électrons présents dans le silicium (le matériau semi-conducteur qui compose les cellules), qui se mettent en mouvement et produisent un courant électrique continu.

Les onduleurs vont ensuite transformer ce courant électrique continu en courant alternatif, afin que l’électricité soit disponible à l’utilisation ou à la revente.

Quels panneaux solaires choisir ?

Qu’est-ce qu’un panneau solaire thermique ?

Les panneaux solaires thermiques convertissent l’énergie solaire en chaleur pour produire du chauffage et de l’eau chaude. Le solaire thermique ne produit pas d’électricité, contrairement aux panneaux photovoltaïques. C’est une énergie renouvelable sans aucune émission carbone.

Le panneau solaire thermique capte les rayons solaires et chauffe ainsi un fluide caloporteur, présent sous la surface du panneau. Le fluide rejoint un ballon de stockage pour produire de l’eau chaude. Si vous possédez un système solaire combiné, le ballon de stockage peut produire de l’eau chaude et du chauffage.

Dans la gamme des panneaux solaires thermiques, il existe plusieurs sortes de capteurs thermiques : les capteurs plans vitrés, les capteurs plans, les capteurs monobloc, les capteurs tubulaires sous vide et les capteurs autovidangeables.

Qu’est-ce qu’un capteur solaire à plan vitré ?

Très répandu, le capteur solaire à plan vitré est un type de capteur solaire thermique, utilisé pour produire de l’eau chaude et du chauffage. C’est grâce à l’effet de serre qu’il recueille l’énergie du soleil. Il est habituellement composé d’un châssis, d’un isolant, d’une vitre et d’un absorbeur noir en tubes de cuivre avec des ailettes pour faire circuler le fluide caloporteur.

Qu’est-ce qu’un panneau photovoltaïque ?

Les panneaux photovoltaïques convertissent l’énergie solaire en électricité. C’est un assemblage de cellules photovoltaïques, généralement en silicium. Les panneaux photovoltaïques peuvent être monocristallins, polycristallins ou amorphes. La production d’électricité est possible grâce à des matériaux semi-conducteurs, lorsqu’ils sont éclairés par le soleil. L’énergie solaire est transformée en un courant continu, puis un onduleur le convertit en courant alternatif.

Il est possible de revendre l’énergie produite au réseau ENEDIS, de la consommer directement ou de la stocker dans des batteries électriques.

Qu’est-ce qu’un panneau photovoltaïque monocristallin ?

Le panneau photovoltaïque monocristallin est un panneau dont les cellules proviennent d’un seul cristal de silicium. Sa couleur est parfaitement noire et apporte un rendement plus élevé. Un panneau monocristallin peut produire 1 à 3% de plus qu’un panneau polycristallin. Cependant, leur fabrication est complexe et donc plus chère.

Qu’est-ce qu’un panneau photovoltaïque polycristallin ?

Le panneau photovoltaïque polycristallin est un panneau dont les cellules proviennent de plusieurs cristaux de silicium. Sa couleur est plutôt bleutée et non homogène. Ils coûtent moins cher à l’achat que les panneaux monocristallins, car leur fabrication est plus simple et leur rendement moins élevé.

Qu’est-ce qu’un panneau photovoltaïque amorphe ?

Le panneau photovoltaïque amorphe est composé de silicium amorphe à couche mince : les panneaux sont souples et plus fins que les panneaux cristallins. Ils peuvent produire de l’électricité même en cas de faible luminosité, mais ont un rendement moins important que les autres types de panneaux.

Pourquoi installer des panneaux solaires ?

Le principal avantage des panneaux solaires est l’économie d’énergie. En effet, l’énergie solaire est renouvelable et non polluante, et consomme très peu comparé aux énergies fossiles.

Les panneaux solaires sont très efficaces, que ce soit pour la production d’eau chaude, pour le chauffage ou pour l’électricité. Cela permet de réduire la consommation de l’habitation et de faire des économies sur le long terme.

De plus, les panneaux photovoltaïques peuvent vous faire gagner de l’argent si vous revendez votre énergie au réseau ENEDIS, ce qui rentabilise rapidement votre investissement.

Comment installer des panneaux solaires ?

Avant d’installer des panneaux solaires sur votre toit, vous devez d’abord demander des autorisations.

Lors de la construction d’une nouvelle maison, vous devez mentionner l’installation de panneaux solaires dans la demande de permis de construire. Normalement, vous n’aurez pas de mal à obtenir l’autorisation de la mairie. Si l’idée d’installer des panneaux solaires vous vient après la demande de permis, vous pouvez faire modifier votre permis de construire pour l’ajouter.

Les panneaux solaires peuvent être installés sur le toit de la maison ou sur sa façade. Idéalement, l’inclinaison doit être de 30 à 60° face au sud. Selon la région, l’orientation peut varier entre le sud-ouest et le sud-est.

Choisissez avec précaution votre installateur : il doit être formé au chauffage solaire et aux énergies renouvelables. La pose des panneaux solaires, l’installation du système et le mode de régulation doivent être correctement mis en place, au risque de ne pas réaliser autant d’économies que vous le souhaitez. N’hésitez pas à consulter le guide du Salon Viving le plus proche de chez vous afin de repérer les professionnels compétents.

Comment entretenir un panneau solaire ?

Pour conserver un bon niveau de rendement, il est indispensable d’entretenir ses panneaux solaires tous les 2 à 3 ans. Vous pouvez les nettoyer vous-même ou faire appel à un professionnel. En effet, les modules sont glissants et peuvent occasionner des chutes. Si vous choisissez de vous en occuper seul, faites attention à ne pas prendre appui sur les plaques, à ne pas utiliser de raclette en plastique, de produits corrosifs et à ne pas utiliser d’eau froide si le soleil tape trop fort (pour éviter les chocs thermiques).

Concernant l’entretien de l’onduleur, un entretien annuel par un professionnel est nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de vos panneaux solaires.

Comment choisir sa cheminée ?

Le rêve d’un feu qui crépite dans la cheminée séduit de plus en plus les Français. D’autant que le marché de la cheminée a beaucoup évolué au point de permettre à chacun de trouver le modèle adapté à son logement. Passage en revue de ce que nous propose le marché.

  • Les cheminées à foyer fermé

Conçues pour optimiser le rendement du chauffage au bois, les cheminées à foyer fermé offrent une source de chaleur performante et pratique. Grâce à leur vitre ou à leur porte, elles ont un rendement de 80% de chaleur et une autonomie de 10h. L’air frais de la pièce est aspiré par des bouches situées en bas de la cheminée puis il est réchauffé par les flammes de la cheminée et rejeté dans la pièce par d’autres bouches.

Crédit photo@www.cheminees-frossard.fr

  • Les cheminées au gaz

Propres et confortables, les cheminées alimentées par du gaz offrent les avantages d’une cheminée à bois sans pour autant en avoir les inconvénients. Fonctionnant sans conduit ni fumée, elles produisent cependant les mêmes flammes que des foyers classiques. Véritables appareils de chauffage, ces cheminées hors du commun sont même dotées d’un système de thermostat et peuvent réchauffer de grandes surfaces. Alimentées par du gaz naturel ou du propane, ces cheminées ne nécessitent aucun ramonage et peu d’entretien.

Crédit photo@www.picbleu.fr

  • Les inserts

En acier ou en fonte, les inserts sont une sorte de poêle à bois qui s’intègrent aux cheminées à foyer ouvert. Fonctionnant exactement comme les foyers fermés, ils améliorent nettement les performances calorifiques des cheminées ouvertes auxquelles ils s’adaptent sans aucun problème.

Crédit photo@inserts.brisach.com

  • Les cheminées à foyer ouvert traditionnelles

Toujours présentes et surtout appréciées dans les maisons de campagne pour leur côté convivial, les cheminées à foyer ouvert traditionnelles souffrent d’une énorme déperdition de chaleur (90%) et d’une gêne occasionnée par la suie. Elles demandent un stock de bois important qu’il n’est toujours évident d’approvisionner.

  • Les cheminées à foyer ouvert contemporaines

Destinées à décorer plus qu’à chauffer, les cheminées à foyer ouvert contemporaines correspondent à un véritable choix esthétique. Elles tirent leur succès d’une offre très large en terme de forme, de matière et de couleur. Elles trouvent leur place dans de petits appartements et se déclinent avec ou sans hotte, suspendue, centrale, encastrée ou encore en double face.

Crédit photo@www.cheminees-garcia.com

  • Les cheminées au bio-éthanol

Ces cheminées n’ont d’écologique que le nom. Elles fonctionnent comme les cheminées au gaz mais sont alimentées par du bioéthanol. Ce combustible, produit à partir de betteraves consomme énormément d’énergie lors de sa production. De plus le bioéthanol coûte relativement cher par rapport aux autres combustibles et amène une odeur désagréable.

Crédit photo@www.quasart-creations.fr

La domotique dans la maison, avantages et contraintes

La domotique est synonyme de modernité et de technologie mais pas seulement. C’est également un excellent moyen pour contrôler ses dépenses énergétiques, que ce soit pour le chauffage, l’éclairage ou encore les volets. Les nouvelles technologies offrent des appareils toujours plus précis pour gérer les plages horaires de chauffage selon l’occupation de la maison, automatiser la fermeture des volets ou l’extinction des lumières, etc…

crédit photo@PhonAndroid

  • Les avantages de la domotique

Un confort de vie

Le système domotique se charge d’exécuter les ordres liés aux scénarios prédéterminés par l’utilisateur. Les interrupteurs deviennent « intelligents » et changent de fonctions à l’envi. Avec affichage, ils informent d’une fenêtre ouverte, de la température, d’une détection de présence… La domotique nous évite de faire le tour du propriétaire chaque fois que l’on sort de chez soi pour vérifier que les lumières sont bien éteintes, que le gaz est bien coupé ou que les fenêtres sont bien fermées.

Economie d’énergie et aspects liés à l’environnement

La domotique permet de grandes économies d’énergie grâce aux programmations heures creuses, au chauffage déclenché dans certaines pièces seulement lorsqu’elles sont visitées.

Des outils modernes et appropriés sont conçus pour gérer les économies d’énergie, sécuriser et mieux vivre son intérieur.

Côté économies d’énergie, la Domotique, permet, par exemple, d’obtenir dans chaque pièce la chaleur exacte désirée. Elle permet de baisser de 30 à 70 % la facture d’électricité à l’aide notamment de détecteurs de lumière.

Sécurisation de l’habitat

La Domotique permet de sécuriser son habitat, à l’intérieur comme à l’extérieur. Tout équipement de surveillance équipé d’un bus EIB/KNX (standard à vocation internationale utilisé dans les installations électriques modernes de l’habitat) est capable d’émettre un message sur l’installation, repris et traité par un module spécialisé dans la surveillance. Cette centrale peut alors enclencher ou couper n’importe quel composant présent dans cette installation (lumière, prise 230 V, téléphone, moteur de porte ou de stores, serrure électrique, électrovanne d’arrivée d’eau…).

Ainsi, le système peut allumer les lumières intérieures pour simuler une présence, déclencher une alarme, avertir le propriétaire ou une société de sécurité contactée par un numéro de téléphone ou un SMS. Ces actions sont programmées et mises en route depuis un téléphone ou un ordinateur via Internet. Pour l’intérieur, il existe différents types de capteurs et de détecteurs de sécurité : inondation, bris de verre, feu… Il suffit d’appuyer sur un seul bouton pour déclencher le scénario anti-catastrophes préprogrammé : portes verrouillées, alarme mise, mais aussi allumage aléatoire des lumières et de la télévision pour simuler une présence… pendant toute la durée de notre absence !

Enfin, l’installation peut être couplée à une vidéosurveillance qui avertit en cas d’intrusion dans la maison, enregistre et stocke les images numériques. Un système très simple. À condition de bénéficier de l’ADSL et d’y connecter ses caméras. L’intérêt : pouvoir visualiser sa maison de n’importe où dans le monde. Car la domotique permet aussi de gérer l’habitat à distance.

  • Inconvénients de la Domotique

La domotique reste peu accessible. Si vous surfez sur les sites spécialisés, vous remarquerez très vite un vocabulaire très spécifique et technique.

D’autre part, le prix des équipements reste assez élevé. La Domotique est donc plutôt envisagée comme un luxe. Ces équipements ingénieux sont très chers. Les Français semblent encore réticents à installer ces techniques de domotique qui, dans une maison ordinaire, coûtent environ 14 000 à 23 000 euros, contre 9 000 à 15 000 euros pour une installation électrique classique.

De plus, dans un environnement où le consommateur est quelquefois excédé de devoir mémoriser tous les modes d’emploi des nombreux outils technologiques qui l’entourent, la Domotique apparaît comme une complication supplémentaire. Elle vise pourtant l’inverse.

Il existe aussi le problème de la durée de vie : une maison dure 50 ou 100 ans, une chaudière 20 ans. Pour un système électronique c’est moins beaucoup moins ; C’est un frein non négligeable si l’on ajoute à cela les difficultés du service après-vente.

S’équiper d’une alarme pour protéger son habitat

Plus de 1 000 cambriolages ont été recensés par jour en 2013 en France selon les données de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA).
Dans 95% des cas, le déclenchement d’une alarme fait fuir les intrus. S’équiper d’un système d’alarme s’avère donc être le meilleur moyen de protéger son habitat. Plusieurs équipements sont proposés sur le marché.

Alarme-Crédit photo@www.somfy.fr

NOS CONSEILS MAISON

 L’ALARME SANS FIL

C’est aujourd’hui, le système de protection le plus développé. Il se résume à la mise en place de contacteurs sur les portes et les fenêtres et d’un ou plusieurs détecteurs de mouvement placés à des endroits stratégiques. Dans la grande majorité des cas, les différents éléments se connectent sans fil à la centrale, avec un protocole propre au fabricant. Pour optimiser l’efficacité du système, il est préférable d’installer la centrale dans un lieu caché, difficilement détectable par les intrus.

Il est important de bien protéger les pièces situées à l’arrière de la maison car c’est souvent à cet endroit plus isolé que les effractions sont commises.

La gestion de l’alarme (mise en fonctionnement et arrêt) se gère avec la simple composition d’un code sur un clavier ou par le biais d’une télécommande. Les alarmes sans fil  nécessitent souvent la souscription d’un abonnement mensuel qui propose des services différents : simple mail ou message quand il y a une intrusion, déplacement d’une équipe de surveillance…

Les avantages de ce type d’alarme sont nombreux : facilité de transport (en cas de déménagement), facilité d’installation, possibilité de brancher des détecteurs supplémentaires.

L’alarme « connectée »

Son installation requiert les mêmes équipements que l’alarme traditionnelle. La centrale est quant à elle reliée à la box internet de l’habitat. Les différents éléments se connectent sans fil et se paramètrent depuis l’interface web du fabricant.

En  téléchargeant une application donnée par le fournisseur web,  le système d’alarme peut-être activé via le site web du fabricant, depuis un smartphone ou une tablette. En cas d’intrusion, l’utilisateur est alerté par mail, SMS (en option) ou par messagerie vocal.

LA CAMÉRA DE VIDÉOSURVEILLANCE

Pour cette option, il suffit d’équiper les pièces de la maison de caméras de surveillance aujourd’hui accessibles en terme de prix et d’installation. Ces caméras sont reliées à la box en wifi. Ce système permet de voir en direct ce qui se passe chez soi à partir d’un ordinateur ou d’un smartphone après téléchargement d’une application vendue par l’opérateur.

Pour éviter les désagréments de la coupure de courant qui mettraient la connexion ADSL hors service, il est primordial que la centrale soit équipée d’un module de transmission GSM ou GPRS (dans ce cas, les alertes sont transmises par le réseau mobile).

En fonction de la valeur des biens, l’assureur peut imposer l’installation d’un système de protection répondant à la norme NF A2P.

Il est important aussi de se renseigner sur les services proposés par l’opérateur ou l’installateur. Le plus souvent, le visionnage en direct des images est gratuit, mais leur enregistrement et leur stockage sont souvent payants. La plupart des systèmes proposent également un service complémentaire de télésurveillance, payant lui aussi.

Installer un système de vidéosurveillance chez soi ne nécessite aucune déclaration préalable.

Pourquoi choisir un chauffage au sol ?

CONSEIL MAISON

POURQUOI CHOISIR UN CHAUFFAGE AU SOL ?

Encastré dans le sol, ce chauffage fournit une source de chaleur homogène à la pièce. Il peut fonctionner à l’électricité ou à l’eau chaude. Facile d’entretien et invisible, le chauffage au sol a le vent en poupe. Il présente de nombreux avantages et quelques bémols. Passage en revue des pour et des contre.

QU’EST-CE QU’UN PLANCHER CHAUFFANT ?

C’est un procédé de chaleur destiné à chauffer une pièce en utilisant la surface du sol intérieur. Le principe consiste à chauffer à une faible température toute la surface de la pièce en délivrant le même nombre de calories que de radiateurs classiques. La plancher chauffant basse température se compose d’un réseau de tubes encastrés dans le sol, dans lequel circule l’eau chaude à très basse température.

Credit ThinkstockCrédit@Thinkstock

QUELS SONT LES AVANTAGES DU CHAUFFAGE PAR LE SOL ?

Il est plus sain car il ne produit pas d’air pulsé ni de convection et donc n’occasionne pas de déplacement d’air.

La grande surface de rayonnement à basse température, par rapport aux radiateurs, garantit une chaleur agréable et permet à la température de l’air de rester basse.

Le choix d’un chauffage par le sol se fait aussi pour des motifs esthétiques : le chauffage est « caché » dans le sol et ne nécessite donc pas de radiateurs. La place libérée peut donc être consacrée à autre chose. En d’autres termes : le chauffage par le sol est invisible.

Le chauffage par le sol à l’eau chaude demande peu d’entretien. En outre, il consomme moins que le chauffage par le sol électrique.

La faible consommation d’énergie est due au chauffage de la pièce avec une faible température de l’air.

Le chauffage par le sol peut être facilement combiné avec d’autres systèmes favorisant les économies d’énergie tels que les panneaux solaires ou les pompes à chaleur.

ET LES BÉMOLS ?

Le chauffage par le sol présente l’inconvénient que les canalisations doivent être installées sous le sol. C’est pourquoi ce système est souvent utilisé pour des projets de rénovation ou de nouvelles constructions. Ce système de chauffage est rarement présent dans les habitations plus anciennes. Dans celles-ci il est pourtant possible de tailler des rainures dans la chape qui permettent d’installer les canalisations.

Il est déconseillé de couvrir le sol de tapis car la chaleur restera prisonnière entre le carrelage et le tapis.

En cas de transformations, et certainement lorsque les pièces sont réparties autrement, il est parfois très compliqué d’adapter le chauffage par le sol.

Le chauffage par le sol est un système à réchauffement et refroidissement lent.

Pour certains meubles ou objets tels qu’un piano ou d’autres instruments de musique en bois, le chauffage par le sol est néfaste.

Entretien d’une chaudière : quelles sont les règles ?

Rendu obligatoire, l’entretien annuel des chaudières a permis de réduire sensiblement le nombre d’accidents domestiques liés à des installations défaillantes. Cet entretien prolonge la vie de la chaudière de plusieurs années. Il permet également de conserver un meilleur rendement et évite une surconsommation de gaz. Une chaudière bien réglée consomme jusqu’à 10% de moins.

Crédit@Engie

LES RISQUES

L’entretien d’une chaudière a pour but essentiel d’éviter les risques d’intoxication au monoxyde de carbone. Ce gaz est invisible et inodore. Il provoque des maux de tête, des nausées et des vertiges et peut être mortel. Il est causé par un appareil mal entretenu associé à une mauvaise aération du logement. En cas de soupçon d’intoxication, il faut aérer les locaux, arrêter les appareils à combustion et appeler les secours.

LES OBLIGATIONS

Toutes les chaudières dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kilowatts doivent faire l’objet d’un entretien tous les ans. Cela concerne les chaudières au fioul, au gaz, au bois, au charbon, multicombustibles. Lorsque le logement est équipé d’une chaudière individuelle, le locataire a la charge de son entretien sauf si le bail prévoit que cette obligation relève du propriétaire. En revanche, lorsqu’il s’agit d’une chaudière collective, l’entretien est à la charge du propriétaire ou du syndicat des copropriétés de l’immeuble.

L’ENTRETIEN

L’entretien d’une chaudière doit être effectué par un chauffagiste de votre choix. Cet entretien consiste en la vérification de la chaudière, son nettoyage et son réglage, ainsi qu’une évaluation des polluants atmosphériques. Le professionnel doit remettre une attestation d’entretien au locataire dans un délai de 15 jours suivant sa visite. Ce document doit être conservé pendant 2 ans au moins pour la présenter en cas de demande du bailleur ou de l’assurance en cas de sinistre. À l’issue de l’entretien, le professionnel doit également donner des conseils sur le bon usage de la chaudière, les améliorations possibles de l’ensemble de l’installation de chauffage, et l’intérêt éventuel du remplacement de la chaudière.

LES SANCTIONS

La réglementation ne prévoit pas de sanction pénale en cas de défaut d’entretien annuel. Aucune amende n’est donc applicable. Cependant, si le locataire quitte son logement sans avoir entretenu la chaudière, le bailleur peut retenir le montant de l’entretien sur le dépôt de garantie. En cas d’accident avec une chaudière mal entretenue, l’assureur peut également refuser d’indemniser la personne concernée.