Extension de maison : réussir son agrandissement

En regardant votre maison, avez-vous déjà pensé “Trop petit” ? Si c’est le cas, oubliez vos idées de déménagement : une extension peut suffire pour augmenter votre surface à vivre tout en apportant une valeur ajoutée à votre domicile. Consultez nos conseils pour réussir votre agrandissement !

Pourquoi agrandir sa maison ?

De nombreuses raisons peuvent vous pousser à vouloir agrandir votre maison : arrivée d’un enfant, besoin d’un bureau, envie d’avoir plus d’espace pour vivre… et surtout sans avoir à déménager. Car en effet, il pourrait être plus simple de changer de maison, non ? Mais si vous vivez déjà dans la maison de vos rêves, un simple problème de surface ne doit pas vous obliger à déménager. Construire une extension de maison permet de créer un nouvel espace adapté à vos besoins. Faites appel à un architecte d’intérieur afin de connaître la meilleure solution pour augmenter votre surface à vivre.

Quelles sont les solutions d’agrandissement pour une maison ?

On trouve plusieurs solutions d’agrandissement pour une maison. Choisissez-la selon vos attentes, mais aussi les possibilités que vous offre votre maison. Faites-vous conseiller par un professionnel de l’habitat pour sélectionner la meilleure solution pour votre extension.

Extension de maison latérale

L’extension de maison latérale est certainement la solution d’agrandissement la plus plébiscitée par les propriétaires. Il est toutefois nécessaire de posséder un terrain suffisamment important pour prolonger la maison. Cette extension peut se faire de plain pied ou avec étage, selon l’architecture existante.

Surélévation de maison

Cette solution d’extension est souvent mise en œuvre dans les villes, où la densité ne permet pas de prolonger une maison. Elle consiste à ajouter un ou plusieurs étages à votre maison. Avant de choisir la surélévation, il faut s’assurer que la construction est assez solide pour supporter une élévation : si ce n’est pas le cas, vous devrez prévoir un renfort de fondations.  La plupart des surélévations sont en bois, par souci de légèreté.

Annexe de maison

Comme pour l’extension latérale, l’annexe suppose d’avoir un grand terrain. Son usage doit également être spécifique, puisqu’elle sera à l’écart de la maison. C’est un bon choix pour un lieu de travail, de loisirs ou pour une habitation indépendante. La construction indépendante est plus facile à réaliser d’un point de vue architectural, sans se soucier de la cohérence avec la maison.

Véranda

Si vous n’avez pas besoin de beaucoup d’espace supplémentaire et un petit budget, peut-être qu’une simple véranda peut suffire ! De toutes les extensions, c’est celle dont l’implémentation est la plus facile. Le choix des matériaux est vaste et elle peut agrandir n’importe quelle pièce : entrée, salon, cuisine, salle à manger, etc.

Comment choisir les matériaux de son extension ?

Dans le cadre d’une extension de maison, on retrouve souvent les mêmes matériaux : bois, parpaing ou métal.

 

Le bois est idéal pour tous les types d’extension et est généralement moins cher que les autres matériaux. Le parpaing est également très utilisé, apprécié pour sa durabilité et sa solidité. Quant au métal, c’est un excellent isolant sonore et il est 100% recyclable.

 

Le choix des matériaux est essentiel avant de réaliser votre extension. Pour celles qui sont supérieures à 150 m² ou à 30% de la surface existante, il est obligatoire de respecter les exigences environnementales de la RT 2012, et de la RT 2020 dès 2021. Vous devez donc vous diriger vers des matériaux performants énergétiquement et respectueux de la planète. Les matières naturelles et les énergies renouvelables doivent être privilégiées.

Quel budget pour une extension de maison ?

Si un projet d’extension de maison est généralement coûteux, les plus petites extensions sont accessibles aux budgets réduits. Par exemple, l’installation d’une véranda peut vous apporter davantage d’espace sans vous coûter trop cher. C’est l’extension la plus accessible sur le marché.

 

Solution d’extension de maisonPrix au m² TTC
VérandaEntre 300 et 2000€
Extension en boisEntre 1100 et 1500€
Extension en parpaingEntre 1200 et 2500€
Extension en métalEntre 1700 et 3100€
Surélévation de maisonEntre 1800 et 2200€ sans aménagement

Quel permis pour une extension de maison ?

Plusieurs démarches sont obligatoires pour avoir l’autorisation d’agrandir sa maison. D’abord, vous devez consulter le Plan Local d’Urbanisme (PLU) ou le Plan d’Occupation des Sols (POS) de la commune disponible en mairie, afin de vous assurer que vous avez le droit de réaliser une extension de maison, et dans quelles conditions.

 

Ensuite, vous devrez déposer une déclaration préalable de travaux en mairie si votre extension de maison est en bois et est comprise entre 5 et 40 m² de surface habitable. Pour les projets d’agrandissements en briques ou en bois supérieurs à 40 m² de surface habitable, un permis de construire devra être demandé.

 

Dès lors que votre projet d’agrandissement porte votre surface totale à plus de 170 m², le recours à un architecte est obligatoire en plus du permis de construire. Néanmoins, nous vous recommandons de faire appel à un architecte pour les travaux les plus complexes comme la surélévation de toitures, la construction d’un annexe ou d’une extension latérale.

 

Une fois les travaux terminés, vous devrez remplir une déclaration d’achèvement de travaux (DAACT), et demander une attestation de non contestation aux services de l’urbanisme.

Harmoniser son extension avec sa maison

Vous avez choisi la véranda, l’extension latérale ou la surélévation ? Dans ces 3 cas, il est absolument indispensable d’harmoniser votre extension et votre maison actuelle. Vous ne devez pas imaginer que cette extension est une partie indépendante de la maison, sauf si c’est une véritable annexe. Il faut donc que l’extension soit cohérente par rapport au reste de votre logement : c’est un prolongement logique, fonctionnel et esthétique.

 

A l’extérieur aussi, l’agrandissement doit être en harmonie avec la façade existante. Un ravalement de façade devra peut-être être envisagé pour un rendu agréable et soigné, sans démarcation entre votre maison et sa nouvelle extension.

 

Nous vous recommandons de contacter un architecte d’intérieur pour qu’il fasse les bons choix architecturaux et penser à la continuité des peintures et des revêtements de sol. L’objectif : donner l’impression que votre extension a été prévue dès le début de la construction !

 

 

Rencontrer nos architectes au salon Viving BrestRencontrer nos architectes au salon Viving LorientRencontrer nos architectes au salon Viving Vannes

 

Comment transformer son garage en pièce de vie ?

Vous ne vous servez pas du garage de votre maison ? Pourquoi ne pas le transformer en pièce de vie plus utile ? Un bureau, une chambre, un studio indépendant… tout est possible ! Découvrez les étapes pour transformer votre garage en nouvelle pièce.

Démarches administratives

Pour transformer votre garage en pièce de vie, un certain nombre de démarches administratives sont à effectuer. Tout d’abord, il vous faut consulter le PLU (Plan local d’urbanisme) de votre commune pour connaître la réglementation d’urbanisme, les servitudes d’utilité publique, les secteurs protégés, etc.

 

Pour un garage à la surface inférieure ou égale à 5m², aucune autorisation d’urbanisme n’est demandée tant que vous ne modifiez pas l’aspect extérieur du garage. Si vous ajoutez une fenêtre ou une porte, une déclaration est obligatoire.

 

Pour un garage dont la surface est inférieure ou égale à 20 m², une déclaration préalable suffit car ce n’est pas un “changement de destination”. Par contre, si votre garage devient un espace professionnel, il s’agit d’un changement de destination. Si vous devez modifier les structures porteuses de la construction, vous devrez tout de même déposer un permis de construire.

 

Pour un garage avec une surface supérieure à 20 m², un permis de construire est obligatoire.

Le choix de la pièce

Vous devez décider de l’usage de votre garage : voulez-vous en faire une chambre, un bureau, une salle de sport, un atelier bricolage, une salle de jeu, un studio indépendant ?

 

Votre choix va également dépendre de l’agencement de votre garage. S’il est petit, vous ne pourrez pas en faire un studio mais cela peut être idéal pour une salle de jeu pour enfants. S’il est grand, pourquoi ne pas l’aménager complètement pour le louer de façon saisonnière ? Si la hauteur sous plafond est importante, vous pouvez créer une mezzanine afin de rentabiliser l’espace.

Remplacer la porte et créer des ouvertures

Difficile d’imaginer une pièce de vie avec une porte de garage grinçante. Le remplacement de la porte de garage est donc primordial, souvent par une grande baie vitrée pour faire entrer de la lumière dans cet espace. Attention au vis-à-vis : prévoyez des volets roulants, des panneaux coulissants et des rideaux pour éviter que vos voisins ou les passants ne regardent chez vous.

 

Si votre garage est indépendant du reste de la maison, sans accès direct, vous voudrez peut-être le relier à votre habitation. Vous devrez alors créer une ouverture dans le mur séparant le garage de la maison pour mettre une nouvelle porte. Faites appel à un artisan pour ces travaux qui peuvent s’avérer compliqués et dangereux.

Isoler l’espace

Généralement, le garage n’est pas très bien isolé. Une voiture n’a pas besoin d’avoir chaud ! Mais en le transformant en pièce à vivre, l’isolation devient indispensable pour votre confort thermique. L’isolation par l’intérieur est recommandé pour une transformation de garage car facile à mettre en oeuvre et peu coûteuse, mais cela vous fera perdre un peu d’espace.

Chauffer la pièce

Après l’isolation, il faut penser au chauffage. Cela va dépendre de votre système de chauffage : si vous avez un chauffage central, vous pourrez ajouter des tuyaux dans la pièce. Si vous avez un chauffage électrique ou indépendant, nous vous recommandons d’ajouter un nouveau radiateur dans la pièce.

Le budget à prévoir

Transformer son garage en pièce à vivre n’est pas un projet très coûteux, de l’ordre d’une extension de maison. Il faut donc compter de 500 à 1000€ le m². La plus grosse dépense est généralement le remplacement de la porte du garage par une baie vitrée en PVC ou en alu. L’isolation est également un coût à prendre en compte, car les garages sont souvent mal isolés.

 

Nous vous recommandons de vous entourer d’artisans qualifiés pour vous accompagner dans votre projet de transformation de garage.

 

 

Rencontrer un artisan au Salon Viving près de chez vous

 

 

Tout savoir pour installer une véranda

Baignée de soleil, la véranda est un prolongement de votre maison entièrement vitré pour laisser passer la chaleur et la lumière. Idéal en été pour profiter du beau temps tout en restant chez soi ! Emplacement, matériaux, autorisations, budget, isolation… l’installation d’une véranda ne s’improvise pas. On vous explique tout ce que vous devez savoir avant de faire installer votre véranda.

Faire installer une véranda

Pour profiter d’une belle véranda, respectueuse des normes, nous vous recommandons de faire appel à un professionnel pour installer votre véranda. S’il existe des vérandas en kit à monter soi-même, le résultat peut être très différent de ce que vous espériez si vous n’avez pas les qualités d’un véritable artisan. Les vérandalistes installent des vérandas personnalisées en bois, en aluminium, en PVC ou en acier qui correspondent à vos attentes.

Pour choisir votre artisan, n’hésitez pas à demander des exemples de réalisation de vérandas à plusieurs entreprises. Vérifiez la garantie décennale de l’artisan et ses certifications, notamment Qualibat, gage de qualité.

Rencontrez nos vérandalistes pendant les salons Viving

Où installer une véranda ?

L’emplacement de votre véranda va dépendre de plusieurs critères, notamment la qualité de votre terrain et l’exposition. Un professionnel spécialisé dans les vérandas vous indiquera s’il faut réaliser un terrassement, des tranchées ou des travaux de nivellement avant d’installer votre véranda. Attention, cela peut augmenter drastiquement le coût de votre véranda.

Ensuite, l’orientation de votre véranda est indispensable à prendre en compte : une exposition au sud est idéale dans les régions peu ensoleillées, mais dans le sud de la France, on conseillera une véranda exposée à l’Ouest ou au Nord.

Les autorisations pour installer une véranda

Avant de faire installer votre véranda, vous devez effectuer quelques démarches administratives et obtenir des autorisations. Il vous faut notamment consulter le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de votre commune, pour vous assurer être en règle par rapport à vos voisins ou pour votre toiture : une pente peut être imposée dans les régions très pluvieuses ou neigeuses.

Vous devez également informer l’administration fiscale de votre projet d’extension, car votre véranda augmentera certainement la valeur foncière de votre maison.

Faut-il un permis de construire pour une véranda ?

Un permis de construire n’est pas forcément nécessaire pour construire votre véranda. Si elle n’excède pas 40 m² et que la surface habitable de votre maison ne dépasse pas 170 m², vous n’aurez qu’à demander une simple autorisation de travaux. En revanche, si votre projet de véranda ne respecte pas ces limites, vous devez déposer un permis de construire.

Quels matériaux choisir pour sa véranda ?

Une véranda en bois

Pour une véranda esthétique et chaleureuse, choisissez le bois pour votre véranda. Il s’intégrera bien à votre décoration, même dans les maisons les plus modernes. S’il nécessite un traitement régulier, le bois vieillit bien et dure longtemps. De plus, le bois est un isolant thermique et phonique naturel, idéal pour une bonne isolation dans votre véranda. Cependant, c’est un matériau assez cher et, si vous voulez une grande véranda, il vous faudra un budget conséquent.

Une véranda en PVC

Matériau le plus répandu pour les vérandas, le PVC offre plusieurs avantages, notamment celui d’être le moins cher ! C’est également un matériau résistant et solide, dont l’entretien est léger et rapide (lavage à l’eau savonneuse). Très isolant et étanche, le PVC vous permet de faire des économies d’énergie, encore plus si vous installez un double vitrage. Par contre, le PVC ternit au fil des années et ne peut pas être peint, même s’il existe désormais du PVC coloré.

Une véranda en aluminium

Particulièrement intéressante pour son rapport qualité/prix, la véranda en aluminium est adaptée aux petits budgets tout en offrant une grande robustesse et peu d’entretien. Léger, l’aluminium permet de construire de grandes vérandas, contrairement au PVC. Toutefois, l’isolation de la véranda en aluminium laisse à désirer : discutez-en avec votre vérandaliste pour qu’il renforce l’isolation thermique de votre véranda avec des barrettes isolantes, par exemple.

Une véranda en acier

Adaptée à tous types de maisons, traditionnelles comme contemporaines, la véranda en acier sublime votre extérieur. L’acier se décline dans de nombreux coloris et possède une longue durée de vie après un traitement anti-corrosion. C’est aussi le matériau le plus cher pour une véranda, sans offrir une bonne isolation thermique. Il est cependant possible de renforcer l’isolation lors de son installation, comme pour la véranda en aluminium.

Comment isoler une véranda ?

Si certains matériaux offrent une excellente isolation thermique à la véranda, comme le PVC et le bois, d’autres sont moins efficaces. Il est tout de même possible d’améliorer l’isolation de la véranda, notamment avec du double vitrage. Pour la façade, un double vitrage à isolation thermique renforcée est idéal pour conserver la chaleur à l’intérieur de la maison, et pour la toiture, un double vitrage peu émissif limite les déperditions d’énergie. Il est également recommandé d’installer des barrettes isolantes pour améliorer les performances thermiques de la véranda.

Pour protéger votre véranda du soleil et conserver la fraîcheur en été, n’hésitez pas à l’équiper de stores intérieurs et extérieurs, simples mais très efficaces. De plus, ils peuvent être motorisés pour plus de confort.

Le prix pour installer une véranda

Le coût de votre véranda va globalement dépendre du type de matériau que vous choisissez pour la véranda, sans compter les tarifs de l’artisan auquel vous faites appel.

Voici un tableau indiquant une fourchette de prix pour chaque matériau :

Type de véranda (entre 10 et 20 m²)Fourchette de prix
Véranda en kit2 000 à 15 000€
Véranda en PVC10 000 à 30 000€
Véranda en bois15 000 à 45 000€
Véranda en aluminium15 000 à 50 000€
Véranda en acier30 000 à 55 000€

Les aides pour installer une véranda

Il existe malheureusement peu d’aides pour vous aider à financer votre véranda. Vous pouvez tout de même prétendre à 3 dispositifs : la TVA à taux réduit, les aides de l’ANAH et l’éco-prêt à taux zéro.

Dans le cadre d’une rénovation énergétique de véranda, notamment le remplacement des vitrages, vous pouvez bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique.

13 astuces pour réduire sa facture d’eau

En moyenne, chaque Français consomme 148 litres d’eau potable par jour ! Vous voulez faire des économies et réduire votre facture d’eau ? Découvrez nos 13 astuces pour économiser l’eau !

Réduire sa facture d’eau dans la salle de bain

1.   Ne pas laisser couler l’eau

Lorsque vous utilisez l’eau du robinet, ne laissez pas couler l’eau trop longtemps ou quand ce n’est pas nécessaire. Cela vaut pour le lavage des mains, des dents ou pour le rasage. Pendant que vous vous savonnez ou que vous vous brossez les dents, coupez l’eau. Cela peut sembler anodin, mais sur une année, cela fait des milliers de litres d’eau économisés !

2.   Utilisez un mousseur de robinet

Un mousseur de robinet permet d’économiser de l’eau : c’est un embout que l’on fixe sur la sortie d’eau du robinet, et qui mélange de l’air sous pression avec l’eau afin de consommer moins d’eau avec le même confort d’utilisation ! Avec un mousseur de robinet, vous passez de 15 litres d’eau par minute à seulement 5 litres.

3.   Privilégier les douches

Même si prendre un bain est très agréable, pour réduire votre facture d’eau, on vous recommande de privilégier les douches. Un bain nécessite entre 150 et 200 litres d’eau, alors qu’une douche, 60 litres même sans couper l’eau. En coupant l’eau pendant que vous vous savonnez, vous économisez 20 litres supplémentaires.

4.   Minuter votre douche

On vous dit souvent qu’une douche doit durer 5 minutes pour ne pas consommer trop d’eau. Mais comment le savoir exactement ? Avec un minuteur ! Que ce soit le minuteur de votre téléphone ou de votre cuisine, il suffit de le lancer pour 5 minutes et de respecter le temps imparti.

5.   Installer un mitigeur thermostatique

Lorsque vous prenez votre douche, vous êtes obligé de laisser couler l’eau un certain temps pour obtenir la température souhaitée. Avec un mitigeur thermostatique, vous pouvez choisir la température et l’avoir quasi instantanément. Parfait pour économiser une dizaine de litres d’eau à chaque douche !

6.   Récupérer l’eau de douche pour le jardin

Si vous ne pouvez pas investir dans un mitigeur thermostatique, vous n’êtes pas obligés de laisser l’eau couler pour rien : vous pouvez récupérer l’eau de douche dans un seau, afin de l’utiliser pour arroser vos plantes plus tard.

7.   Installer une chasse d’eau à double débit

Dans les toilettes, la chasse d’eau à double débit permet de varier le nombre de litres d’eau utilisés. En installer une permet d’utiliser entre 3 et 8 litres d’eau au lieu de 10 à 12 sans double débit !

8.   Remplir complètement la machine à laver

Vous voulez laver vos vêtements ? Remplissez complètement votre machine à laver, pour ne pas gâcher de l’eau pour une machine à moitié vide. Pensez également à la fonction Éco pour économiser à la fois de l’eau et de l’énergie.

>> Lisez également : 6 astuces pour faire baisser votre facture énergétique

Réduire sa facture d’eau dans le jardin

9.   Choisir des plantes peu gourmandes en eau

Certaines plantes ont moins besoin d’eau que d’autres, que ce soit dans le jardin ou en pot à l’intérieur. Si vous voulez faire des économies d’eau, choisissez des plantes qui ont besoin de peu d’eau pour vivre.

10.               Mettre du paillage dans son potager

Le paillage permet de retenir l’humidité de l’arrosage et de la rosée dans votre potager, pour garder vos cultures humides. Vous pouvez donc arroser moins souvent !

11.               Utiliser un arroseur goutte à goutte

Vous avez un grand jardin ? Investissez dans un arroseur goutte à goutte, très pratique pour arroser automatiquement vos cultures et réguler votre consommation d’eau. Ce type d’arroseur est idéal pour ne pas gaspiller d’eau.

12.               Arroser le soir

Un conseil vu et revu, mais pourtant essentiel : arrosez le soir, pour éviter que l’eau ne s’évapore à cause du soleil et de la chaleur. Le soir, l’eau hydrate mieux les plantes et l’évaporation est réduite.

13.               Récupérer l’eau de pluie

L’eau du robinet coûte cher, c’est pour cela que l’on veut réduire sa facture d’eau. Alors pourquoi ne pas récupérer l’eau de pluie ? Elle peut vous servir pour arroser votre jardin, laver votre voiture, et vous pouvez même la potabiliser pour la consommer chez vous.

Rénover sa maison en 10 étapes

Vous avez acheté une maison en ruines dans l’idée de la rénover entièrement ? Ou votre maison actuelle est ancienne et a besoin d’un coup de neuf ? Découvrez les 10 étapes principales pour rénover sa maison !

Les étapes de rénovation d’une maison

 

  1. Expertise de la maison et des besoins
  2. Planifier les démarches
  3. La démolition de la maison
  4. Évacuer les déchets et les gravats de chantier
  5. Gros oeuvre et assainissement
  6. Isolation extérieure et intérieure
  7. Electricité, chauffage, plomberie
  8. Peinture et aménagements intérieurs
  9. Ménage après travaux
  10. Emménagement

Expertise de la maison et des besoins

La première étape, avant même de penser à la rénovation de la maison, c’est de savoir quels sont les travaux nécessaires. Si vous avez acheté une maison en ruines, le diagnostic est aisé mais si ce sont seulement des petits travaux, vous devez tout analyser : est-ce que l’installation électrique et l’installation de gaz sont aux normes ? comment est la plomberie ? l’isolation est-elle bonne ? y’a t-il des cloisons à casser ? quel est le système d’assainissement ? dans quel état sont les murs, les sols et les plafonds ? y’a t-il une infestation de parasites ? etc. Un expert peut vous accompagner pour être certain de ne rien oublier !

Après avoir listé les travaux à réaliser par pièce, vous pouvez demander des devis à plusieurs artisans afin d’estimer le coût et la durée de la rénovation.

Planifier les démarches

Avant d’engager des travaux, vous devez effectuer quelques démarches auprès de la mairie de votre ville. Il vous faudra remettre une déclaration préalable de travaux ou déposer un permis de construire selon la superficie de votre maison et des travaux nécessaires.

Il est également nécessaire de demander les autorisations de permis de stationnement et de dépôt de bennes au service urbanisme de votre mairie.

La démolition de la maison

Première chose à faire avant de démolir la maison ou de commencer des gros travaux : nettoyer et vider la maison, s’il reste du mobilier du précédent propriétaire. Ensuite, la démolition peut commencer ! Cloisons, cheminée, plafond… travaillez d’abord dans les étages et terminez au rez-de-chaussée. Niveau sécurité, pensez à porter des lunettes, un masque et des chaussures de sécurité.

Évacuer les déchets et les gravats de chantier

Tout de suite après la démolition, vous devez vous occuper des gravats de chantier et des déchets. Normalement, vous êtes en possession de l’autorisation d’occupation temporaire du domaine public, vous pouvez donc louer des bennes et les stationner près de votre maison.

En ce qui concerne les déchets du chantier, il est de votre devoir de les trier selon leur nature : plomberie, gravats, bois, etc, avant de les déposer à la déchetterie.

Gros oeuvre et assainissement

Par gros oeuvre, on entend les travaux de construction induits par la démolition : fondations, briques ou parpaings pour les murs, charpente, toiture, etc. Il peut également s’agir de rénovation, en réparant les murs abîmés ou la maçonnerie pour solidifier le bâti.

L’assainissement de la maison est primordial : faites appel à des professionnels pour les problèmes d’humidité, d’infiltrations ou de parasites. Ne laissez pas ça dans un mauvais état au risque de voir votre maison se dégrader rapidement.

Isolation extérieure et intérieure

En parallèle du gros oeuvre et de la rénovation des cloisons, il faut penser à l’isolation extérieure ou intérieure de votre maison. Les parois en contact avec l’extérieur doivent absolument être isolées pour éviter la déperdition de chaleur. C’est un problème récurrent lors de rénovation de maisons anciennes, qui sont généralement mal isolées. Faites-vous accompagner par un artisan expert en isolation pour réaliser ce type de travaux.

Electricité, chauffage, plomberie

La rénovation de l’installation électrique, de la plomberie, la pose d’une chaudière et de radiateurs ou la mise en place d’un système d’assainissement sont des étapes particulières dans la rénovation d’une maison. Nous ne pouvons que vous conseiller de faire appel à une entreprise du bâtiment ou à des électriciens et plombiers compétents. Ce sont des chantiers qui peuvent être dangereux et qui sont régis par des normes très strictes. Si vous n’avez pas de connaissance dans ces domaines, mieux vaut déléguer à des spécialistes.

Peinture et aménagements intérieurs

Ça y est, votre rénovation est presque achevée ! Cette étape est réservée aux finitions : la décoration et l’aménagement. Cela comprend la peinture des plafonds et des murs, la pose des revêtements de sol, le choix des luminaires, les installations de cuisine, salle de bains, toilettes, dressing, etc.

Ménage après travaux

A la fin du chantier, pensez à nettoyer la maison et à faire le ménage : c’est une étape indispensable ! En effet, la poussière de chantier peut être très importante et nécessitera un grand nettoyage. N’hésitez pas à faire appel à une société de nettoyage d’après travaux pour avoir une maison rénovée prête à vous accueillir.

Emménagement

La dernière étape n’est pas des moindres : c’est celle de l’emménagement. Vous n’avez donc plus qu’à meubler les différentes pièces de votre maison, avec l’aide d’un décorateur d’intérieur ou seul !

Découvrez les experts de la rénovation aux salons Viving

Salon Viving de Brest

– NOEL PEINTURE

– ESCAL’INNOV       

– MAY TOP 56           

– ECO TRAIT’TOIT

– ENGIE HOME SERVICES

– TECHNITOIT BREST

– LES PEINTURES BOIVIN

– OISEAU DÉVELOPPEMENT LES RÉNOVATEURS           

Salon Viving de Vannes

– 1,2,3 SOLUTIONS ISOLATION

– ABH RENOV

– ACTIV TRAVAUX

– AREO          

– BP INNOV

– BRETIC 56

– CARIMALO CONSTRUCTION ET RÉNOVATION          

– CEM CONCEPT     

– CENTRE BRETON DE L’HABITAT

– COVAM ART ET FENÊTRES

– DEP ARMOR

– DPH PROTECT HABITAT

ECO’OUATE

– FENÊTRES DU GOLFE

FERMETURES DU PORHOET

– GROUPE AMH

– GROUPE FD SOLUTION

– HOUSE ECO

– ILLICO TRAVAUX

– ISOL 56 – BIS RENOVATION

– ISOLHOUSE

– JC MOUREAU

– KLERIS                   

– LE DORE

– LEROY MERLIN

– LES CHARPENTIERS DU GOLFE

– LES COMPAGNONS DU VENT

– LV RENOVATION

– MAHO BATIMENT

– MURPROTEC

– ORIANCE

– OUEST ECO LOGIS

– OUEST ENERGIE

– PIRO DAMIEN        

– PROTOIT

– QUALICONFORT

– SLMH          

– SP RAVALEMENT

– TECHNITOIT VANNES

– VERANDA-LINE SERVICES

– WYZOL       

Salon Viving de Lorient

– LV RÉNOVATION

– VERANDALINE – LINE SERVICES

– FENÊTRES LORIENTAISES       

– FENÊTRES DU GOLFE

– KLERIS       

– ORIANCE   

– TECHNITOIT          

– 1,2,3 SOLUTIONS ISOLATION   

– CENTRE BRETON DE L’HABITAT – CBH     

– QUALICONFORT   

– ECO’OUATE

– ATLANTI PLAC       

– OUEST ECO-LOGIS

– ISOLHOUSE           

– BRETIC 56              

– DRONE PULVÉRISATION & CO

– BP INNOV  

– MAYTOP     

– MAHO BATIMENT 

– GROUPE AMH       

– AC2.0 DÉVELOPPEMENT

– LOMENECH

– LES CHARPENTIERS DU GOLFE

– MURPROTEC        

– LA MORBIHANNAISE DES FERMETURES

Faire isoler sa maison par l’extérieur

Bien plus efficace que l’isolation intérieure, l’isolation extérieure procure un meilleur confort thermique. Les façades peuvent laisser s’échapper jusqu’à 25% de la chaleur : il est indispensable de mieux les isoler.

L’isolation extérieure, qu’est-ce que c’est ?

La façade est le deuxième endroit de la maison où la déperdition de chaleur est la plus importante, après les combles. Les murs peuvent laisser s’échapper jusqu’à 25% de la chaleur présente dans la maison ! Ils doivent donc être correctement isolés…

L’isolation thermique extérieure est faite pour pallier ce problème, en créant une enveloppe isolante performante autour de la maison, comme une façade supplémentaire. Cette technique d’isolation permet d’augmenter considérablement l’isolation de la maison, en supprimant les ponts thermiques. Cela procure aux habitants un grand confort thermique.

Généralement, le choix de l’isolation thermique par l’extérieur se fait lors d’un ravalement de façade ou d’une rénovation.

Les avantages de l’isolation thermique par l’extérieur

L’isolation extérieure comporte de nombreux avantages pour ses occupants. En voici les principaux bénéfices :

  • augmentation de la performance thermique globale grâce à la réduction des ponts thermiques ;
  • gain de 3 classes dans le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) ;
  • préservation de l’inertie des murs ;
  • aucune réduction de la surface habitable puisque tout se fait à l’extérieur ;
  • pas d’obligation de quitter le logement pendant les travaux ;
  • réduction de la consommation de chauffage ;
  • embellissement de la façade ;
  • amélioration du confort thermique et du confort de vie ;
  • éligibilité aux aides à la rénovation énergétique.

Les inconvénients de l’isolation thermique par l’extérieur

Bien sûr, l’isolation extérieure ne possède pas que des avantages, même si les inconvénients sont légers par rapport à la performance énergétique apportée :

  • prix supérieur à l’isolation par l’intérieur ;
  • augmentation de l’occupation au sol ;
  • changement des volets battants ;
  • modification de l’aspect de la maison ;
  • légère réduction de la luminosité si l’isolant utilisé est épais ;
  • allongement de la toiture nécessaire si l’isolant est épais, pour que le toit déborde de la façade.

Comment isoler sa maison par l’extérieur ?

Il existe 4 façons d’isoler sa maison par l’extérieur, selon le matériau choisi : l’isolation avec enduit, l’isolation sous panneaux enduits, l’isolation sous bardage ou l’isolation avec double mur.

Isolation avec enduit

L’isolation avec enduit est peu utilisée, mais devrait se développer avec les enduits écologiques à la chaux et au chanvre ou au liège. Cet enduit isolant se compose d’un mortier classique, d’un liant (chaux, argile ou ciment) et de granulés isolants (microbilles de chanvre, de liège, de polystyrène…).

On compte 5 types principaux d’enduits isolants : l’aérogel de silices, l’enduit à base de polystyrène, l’enduit chaux-chanvre, l’enduit chaux-liège et le torchis. Lorsque l’isolant contient de la chaux, c’est un matériau respirant, parfait pour assainir les fissures, protéger contre les moisissures des façades et déshumidifier.

La peinture isolante est de couleur blanche, pour réfléchir les rayons du soleil et limiter l’entrée de la chaleur pendant l’été. Elle est également efficace pour limiter les déperditions énergétiques en hiver, comme toute autre isolation extérieure. Résistante aux intempéries et aux salissures, elle ne jaunit pas au fil des années. Contrairement aux autres isolants, l’enduit isolant ne modifie pas complètement la façade de la maison.

Isolation sous panneaux enduits

L’isolation sous panneaux enduits est une technique d’isolation très courante, grâce à des panneaux d’isolants, souvent de polystyrène expansé, de laine de roche ou de fibre de bois. L’épaisseur des panneaux peut varier entre 30 et 140 mm. Ces panneaux sont collés ou chevillés sur le mur de façade et recouverts d’un enduit de protection puis d’un enduit de finition.

L’isolation sous panneaux enduits ne nécessite pas d’ossatures préalables, et son coût est moins élevé que l’isolation sous bardage. L’isolation sous enduits est acceptée dans un grand nombre de communes.

Isolation sous bardage

L’isolation sous bardage a l’avantage, en plus d’être performante, d’être particulièrement esthétique. Le revêtement de façade se fixe sur une ossature en bois ou en métal, qui dissimule un isolant thermique, protégé des intempéries par un bardage et un pare pluie. Une lame d’air est également présente pour évacuer la vapeur d’eau.

Le revêtement de façade peut être composé de nombreux types de matériaux : tôle d’acier, tôle d’aluminium laqué, pierre naturelle, bois naturel ou composite, terre cuite ou encore clins fibres-ciment.

Isolation avec double mur

L’isolation extérieure avec double mur n’est possible que lors d’une construction ou d’une rénovation. La maison comporte un mur intérieur et un mur extérieur, entre lesquels on fixe un isolant. Les deux murs sont reliés par une rondelle de maintien, qui cale également l’isolant. Le mur extérieur est simplement un mur de parement. De fines ouvertures d’évacuation doivent être présentes au bas du mur afin d’éviter des désagréments dûs à la condensation.

Prix de l’isolation extérieure

Le coût d’une isolation thermique par l’extérieur est plus important qu’une isolation intérieure, mais offre de meilleures performances. Voici un tableau récapitulant les tarifs de chaque type d’isolant d’après le site travaux.com :

 

Type d’isolationPrix moyen au m²
Isolant laine de verre7€
Isolant laine de roche10€
Isolant chanvre18€
Isolant fibres de bois18€
Isolant fibres de lin20€
Isolant polystyrène20€
Isolant polyuréthane20€
Isolant laine de coton23€
Isolant verre cellulaire33€
Isolant béton cellulaire38€
Isolant panneaux isolants sous vide53€
Isolant brique monomur65€
Enduit isolant70€
Pose d’isolant80€

 

Quelles sont les aides pour l’isolation extérieure ?

Il est possible de bénéficier d’un certain nombre d’aides financières pour isoler son logement, grâce aux aides à la rénovation énergétique. On compte parmi elles :

  • le crédit d’impôt pour la transition énergétique ;
  • la TVA réduite à 5,5% ;
  • le programme “Habiter mieux” de l’ANAH ;
  • les certificats d’économie d’énergie ;
  • les chèques énergie ;
  • l’exonération de la taxe foncière.

Découvrez nos experts de l’isolation extérieure au Salon Viving

 

Salon Viving de Brest

–       Eco’ouate

–       ETS LAF

–       Home econergie

–       Iroise Isolation

–       Le Goff Isolation Ventilation

–       LV Rénovation

–       Ouest Eco-Logis

–       Qualiconfort

–       Ston’art

–       Hermine Habitat

Salon Viving de Lorient

– Atlanti Pac

– Eco’ouate

– Eveno Isolation

– LV Rénovation

– Ouest Eco-Logis

– Ston’art

– Centre Breton de l’Habitat

– Qualiconfort

– Reflex Façade

Salon Viving de Vannes

– Bis rénovation

– Eco’ouate

– Ston’art

– LV Rénovation

– Centre Breton de l’Habitat

– Qualiconfort

– Ouest énergie

– Ouest Eco-Logis

– Wyzol

 

 

Participer à un salon Viving près de chez moi

 

6 astuces pour faire baisser votre facture énergétique

Nos habitudes de consommation sont énergivores : c’est un fait. Au-delà de l’impact écologique, nos habitudes augmentent également nos factures d’électricité et d’eau. Découvrez nos astuces pour améliorer vos habitudes et faire baisser votre facture énergétique.

Baisser votre facture d’énergie dans la cuisine

Lorsque vous cuisinez, vous consommez de l’énergie. De nombreuses habitudes de cuisson peuvent être améliorées pour faire baisser la facture :

  • couvrez vos casseroles pour augmenter la rapidité de cuisson ;
  • utilisez une bouilloire plutôt qu’une casserole pour faire bouillir de l’eau ;
  • réchauffez vos plats au four à micro-ondes, moins énergivore qu’un four ;
  • préférez une cocotte minute pour cuire des légumes, elle est 60% plus économe qu’une casserole ;
  • choisissez des plaques à induction, qui chauffent plus vite que les plaques vitrocéramiques (30%) et classiques (50%).

Baisser votre facture énergétique avec le frigo

Comme beaucoup d’appareils électroménagers, le réfrigérateur consomme beaucoup d’énergie. Notre premier conseil est de choisir un frigo récent et de classe A à A+++ si vous avez les moyens. Ces modèles de frigo diminuent votre consommation énergétique jusqu’à 60% !

Il est également important de dégivrer votre réfrigérateur, au risque de consommer plus d’électricité. Si le givre atteint 3 mm d’épaisseur, votre consommation d’énergie peut augmenter de 30%.

Baisser votre facture énergétique avec le lave-vaisselle

D’abord, ne lancez votre lave-vaisselle que lorsqu’il est plein. Si ce n’est pas le cas mais que vous avez absolument besoin de votre vaisselle, utilisez la fonction demi-charge qui sera moins énergivore.

Ensuite, profitez des heures creuses pour faire fonctionner votre lave-vaisselle (entre 22h30 et 6h30) : l’électricité est 40% moins chère pendant cet horaire.

Si vous pouvez acheter un lave-vaisselle neuf et de classe A+++, vous réduirez drastiquement votre facture énergétique. En effet, un cycle de lave-vaisselle A+++ consomme seulement 10 litres d’eau contre 25 à 40 litres pour un vieux lave-vaisselle. Les modèles récents consomment également 65% de moins d’eau, et 40% de moins d’électricité.

Baisser votre facture énergétique dans la salle de bain

Des économies d’énergie peuvent être facilement faites dans votre salle de bain. L’astuce la plus connue, c’est évidemment de préférer prendre des douches plutôt que des bains : cela consomme 70% de moins d’eau chaude.

En complément, vous pouvez installer des économiseurs d’eau pour diminuer votre consommation :

  • le système stop-douche permet de couper l’eau pendant que vous vous savonnez, et de retrouver la même température d’eau lorsque vous le réactivez. Cela vous fait économiser 20 litres d’eau par minute ;
  • la douchette économe offre un débit moins important pour économiser de l’eau : 7 litres par minute contre 16 pour une douchette traditionnelle.

Baisser votre facture d’énergie avec la machine à laver

Comme pour le lave-vaisselle, nous vous conseillons d’utiliser votre machine à laver pendant les heures creuses. Les machines à laver possèdent aussi l’option demi-charge, afin d’utiliser moins d’eau si la machine n’est pas pleine. Le cycle éco permet de consommer 18% de moins d’eau, et 25% de moins d’électricité.

Baisser votre facture énergétique avec les appareils électroniques

Les appareils électroniques, même en veille, consomment énormément d’énergie et font grimper votre facture d’électricité. Lorsque vous ne les utilisez pas, n’hésitez pas à débrancher votre télévision, vos consoles de jeu, votre ordinateur, votre machine à café, votre micro-ondes, vos chargeurs (téléphone, ordinateur…). Vous verrez la différence sur votre facture !

Fortes chaleurs : quelles solutions pour votre intérieur ?

L’été approche, et avec lui les fortes chaleurs, voire la canicule selon votre région ! Comment lutter contre la chaleur extérieure ? Quelles sont les solutions pour rafraîchir votre intérieur ? Ventilateur, isolation, climatiseur, puits canadien : découvrez les avantages de chacune de ces solutions.

Rideaux et volets

C’est la solution la moins coûteuse : garder votre intérieur à l’ombre en fermant vos volets et en tirant vos rideaux opaques. Vos pièces seront obscures, mais protégées du soleil et de la chaleur. Vos fenêtres doivent également rester fermées aux heures les plus chaudes afin de ne pas laisser entrer la chaleur. Cependant, en cas de canicule, cette simple solution ne suffira pas forcément à vous rafraîchir.

Ventilateur

Un ventilateur est une solution toute indiquée pour rafraîchir votre intérieur lorsque la chaleur commence à arriver, sans dépenser trop d’argent. Toutefois, votre ventilateur risque de finir par brasser de l’air chaud en cas de fortes chaleurs ! Pour pallier ce problème, vous pouvez installer des bouteilles d’eau glacée ou des bassines de glace devant votre ventilateur, pour diffuser la fraîcheur des glaçons.

Climatiseur

Si vous avez la possibilité de réaliser des travaux dans votre maison, n’hésitez pas à installer un climatiseur : c’est un des moyens les plus efficaces pour rafraîchir votre maison lors de fortes chaleurs. De plus, il existe des climatiseurs réversibles qui peuvent également chauffer votre maison en hiver.

Nous vous conseillons de faire appel à un artisan pour un climatiseur “split”, qui consiste à installer une unité à l’extérieur de la maison pour évacuer l’air, et une console intérieure dans la pièce principale ou dans chaque pièce.

Climatiseur mobile

Vous ne pouvez pas réaliser de travaux mais souhaitez quand même climatiser votre intérieur ? C’est possible avec un climatiseur mobile. Il existe des modèles monoblocs sans évacuation, et des modèles split avec une unité à fixer à l’extérieur. Si ces climatiseurs mobiles rafraîchissent rapidement votre intérieur, ils sont assez bruyants et consomment beaucoup d’énergie.

Puits canadien

Là encore, cette solution ne convient que si vous êtes prêts à faire des travaux. Le puits canadien est un système géothermique de surface, pour une climatisation naturelle grâce à l’inertie thermique du sol. Le puits canadien, installé au minimum à 1.5 mètre de profondeur, permet de rafraîchir votre maison en été et de la réchauffer en hiver, selon la température du sol.

Isolation

Des travaux d’isolation thermique peuvent vous aider à lutter contre la chaleur, en isolant votre intérieur des rayons du soleil. L’isolation doit être réalisée en priorité dans les combles et la toiture, dans les murs, dans les sols et pour vos vitres : ce sont les zones qui font entrer la chaleur extérieure. Concernant les isolants, il est conseillé d’utiliser de la laine de bois ou de la ouate de cellulose, qui sont les plus adaptés pour l’isolation thermique contre la chaleur.

Vous n’avez pas les moyens d’isoler votre maison ? N’hésitez pas à consulter notre article sur les aides financières pour la rénovation énergétique.

Quel revêtement de toit choisir ?

Si vous êtes en train de construire votre maison, il se peut que vous vous posiez des questions sur le choix du revêtement de toit. En effet, il est bon de savoir que la tuile, si elle est fort répandue, n’est pas le seul revêtement de toit disponible. Entre le toit en ardoise, en chaume, en zinc, en acier et autres matériaux… de nombreuses possibilités s’offrent à vous. Tour d’horizon des différents types revêtements de toiture.

LES TUILES

Très répandu, ce revêtement de toit peut être posé par la plupart des professionnels de la toiture. Il offre un bon rapport qualité/prix, car la tuile est un élément solide, même si elle nécessite souvent un isolant intérieur pour une parfaite isolation de la maison et diminuer les déperditions thermiques. Lorsqu’on opte pour des tuiles, il est nécessaire de faire nettoyer régulièrement sa toiture afin de conserver toute son esthétique.

Les fabricants de tuiles octroient spontanément une garantie de trente ans sur les qualités naturelles. En cas de rénovation, il n’est même pas nécessaire de récupérer les anciennes tuiles fragilisées. Il existe de nouvelles tuiles de haute qualité sur le marché ayant subi un traitement spécial pour obtenir un aspect vieilli. Depuis quelques années, on utilise de plus en plus les tuiles pour habiller des façades verticales.

LES TUILES EN BÉTON

Les tuiles en béton ne sont pas cuites. Le mélange d’argile, de ciment et de sable durcit comme du béton. Ces tuiles sont disponibles en grands formats et sont donc un peu moins chères. En raison de leur poids, elles nécessitent cependant une charpente plus solide. Elles ne conviennent en aucun cas pour les toitures aux formes complexes et sont généralement plus sensibles à la formation de mousses.

LES ARDOISES NATURELLES

Les ardoises naturelles figurent parmi les recouvrements de toiture les plus durables et les plus coûteux. Mais une belle toiture en ardoise peut défier les siècles. Comme c’est le cas de tout produit naturel, la qualité des ardoises n’est pas toujours égale. La présence de cristaux de quartz en surface et la teneur en carbonate de calcium jouent un rôle.

Esthétiquement, la tuile en ardoise est très appréciée, notamment car elle se décline en de nombreuses couleurs et qu’elle apporte un véritable charme à la maison. C’est également un matériau respectueux de l’environnement et qui offre une très bonne isolation. La pose de l’ardoise doit absolument être pratiquée par un professionnel.

LES ARDOISES ARTIFICIELLES

Les ardoises artificielles se composent d’un mélange de ciment, de fibres d’armature et de minéraux. La couche superficielle possède des propriétés anti-mousse et sur le dossier, on applique une résine acrylique. Outre les nuances classiques des ardoises naturelles, les ardoises artificielles sont également disponibles dans les teintes vertes, roses, bleu foncé et mauves.

La plupart des fabricants octroient une garantie de trente ans sur les propriétés naturelles et quinze ans sur la couleur. Il existe sur le marché des ardoises artificielles qui présentent une surface inégale et des bords cannelés. On les distingue à peine des ardoises naturelles, mais elles sont indéformables. Malgré l’amélioration du produit, les ardoises artificielles sont encore sujettes à la formation de mousses.

LE SHINGLE

Autre alternative au revêtement de toit en tuile, le toit en shingle est une valeur sûre. Il s’agit en effet d’un matériau apprécié pour sa légèreté, composé d’une feuille de feutre asphalté, de fibres de verre et de granulés minéraux qui lui offrent un aspect agréable. Proche de l’ardoise en termes de rendu, le shingle est plus léger et plus facile à poser et à entretenir. Les coloris disponibles sont particulièrement nombreux pour un revêtement de toiture en shingle.

Le shingle doit être posé par un professionnel et nécessite une bonne isolation intérieure du toit, car posé seul, il est assez peu isolant. Autre inconvénient du shingle : ce revêtement de toit doit être refait tous les 25 ans, ce qui est bien moins durable que l’ardoise.

Toiture shingle

UN TOIT DE CHAUME

Un toit de chaume présente des avantages et des inconvénients. Grâce à toute une série d’astuces et de produits, la sécurité anti-incendie d’un toit de chaume a été nettement renforcée. Le chaume possède d’excellentes propriétés isolantes, mais revient plus cher que les tuiles. Il n’y a pas de gouttière cependant, et la maison est dès lors entourée d’un anneau d’humidité, généralement en galets avec un système de drainage par-dessous, pour éviter la formation de flaques boueuses. L’eau stagnante est l’ennemi juré du chaume. C’est pour cette raison que les chaumiers préfèrent une toiture fortement inclinée.

Les toits de chaume ne conviennent pas aux maisons constamment à l’ombre, étant donné le risque de formation d’algues. Si vous optez pour le chaume, faites preuve de patience. Les entreprises professionnelles spécialisées ne sont en effet guère nombreuses. Les toits de chaume n’ont plus la cote et la toiture en paille est bien révolue.

Ce produit naturel offre une excellente isolation thermique et phonique, le tout en respectant parfaitement l’environnement. La chaume a également l’avantage de renouveler l’air naturellement et remplace donc une ventilation mécanique. Le revêtement de toit de chaume a une durée de vie de 40 ans environ, qui peut s’étendre à plus de 70 ans s’il est bien entretenu.

LE ZINC

Le zinc rencontre un succès grandissant, surtout auprès des architectes, car il se prête bien mieux aux formes arrondies que tout autre matériau. Une toiture en zinc est relativement légère et ne représente donc pas de charge lourde pour la charpente de toiture. Attention: les gouttières et les tuyaux de descente doivent être exécutés dans les mêmes matériaux au risque de créer des réactions électrochimiques.

L’ACIER

L’acier est également fort demandé. Les tuiles en acier existent en formats classiques. Mais on utilise généralement de grandes plaques d’acier dont le relief imite les vraies tuiles. Ces plaques peuvent être, en principe, soit jaune canari voire bleu ciel. Dans la pratique, on retrouve surtout les mêmes teintes que les tuiles ou les ardoises.

Les grandes plaques sont faciles à traiter et bon marché, mais les formes sophistiquées sont exclues. Ce matériau convient parfaitement dans le cas d’une rénovation. La toiture existante peut rester telle quelle et la toiture en acier est posée par-dessus. L’acier est galvanisé et enduit d’une couche de peinture et de granulats de pierre.

Quel bardage choisir pour recouvrir une façade ?

NOS CONSEILS MAISON 

Il suffit souvent de changer la façade d’une maison pour lui donner un style plus contemporain et une meilleure performance isolante. Plusieurs matériaux prennent le dessus comme le bois, le zinc, le PVC ou l’ardoise. Lequel choisir et quels sont les atouts des uns et des autres ? Passage en revue des bardages qui offriront à vos façades une toute nouvelle allure.

LA CONVIVIALITÉ DU BOIS

3Crédit@Vincent Rouvet

AVANTAGES

La grande variété des essences de bois, des couleurs et des formes permet une grande créativité, dans tous les styles, traditionnels ou contemporains.

Il est préférable de choisir une essence de bois légère et résistante à l’humidité comme le mélèze ou le red cedar. Le pin reste un très bon rapport qualité/prix.

La pose d’un bardage bois est un « chantier sec » qui ne nécessite pas d’eau et donc pas de délai de séchage.

C’est une solution long terme compte tenu de la durabilité des bois de bardage à condition de choisir un produit labellisé FSC ou PEFC.

Associé à un isolant extérieur, le bardage bois permet d’améliorer notablement l’isolation thermique.

INCONVÉNIENTS

Côté entretien, un traitement est recommandé tous les deux ans pour préserver la couleur du bois d’origine.

L’AUTHENTICITÉ DE L’ARDOISE

2Crédit@Cupa Pizarras

AVANTAGES

L’ardoise, pierre naturelle schisteuse, est employée depuis des siècles pour couvrir les toits de nos maisons mais aussi les façades. Au-delà de son charme et de son élégance, l’ardoise est un matériau incombustible, imperméable et non poreux, résistant au vent et au froid, quasi-éternel.

L’ardoise synthétique, constituée essentiellement de fibres-ciment, un mélange de fibres naturelles agglutinées avec du ciment, a pris avantageusement le relais. Son prix est plus bas, ses dimensions et sa qualité sont plus homogènes, facilitant la pose.

INCONVÉNIENTS

Son coût onéreux.

Avant de les poser, les ardoises doivent être triées, leurs épaisseurs, aspects et dimensions variant grandement.

LE CONTRASTE DU ZINC

AVANTAGES

En construction neuve comme en rénovation, le bardage en zinc est généralement mis en œuvre pour protéger un système d’isolation par l’extérieur et, par conséquent, la construction elle-même. On le choisit pour trois bonnes raisons : sa pérennité, son côté écologique et son esthétique.

C’est un matériau écologique (recyclable et propre), il est résistant (en fonction de l’épaisseur), pratique, très facilement modulable. Il se pose très facilement, garantit une durabilité importante et une excellente étanchéité. Sa gamme de coloris assez large et son entretien se résume à un lavage à l’eau claire.

INCONVÉNIENTS

C’est un matériau assez onéreux dont la pose doit être effectuée par des professionnels.

LA MODERNITÉ DU PVC

Bardage-PVC---maison-grise-toit-palt-hotensais-rosesCrédit@Bardage-PVC

AVANTAGES

Pour son allure très contemporaine, le PVC a le vent en poupe avec son aspect lisse, veiné, crépi et sa large gamme de couleurs. Sa mise en œuvre est simple et rapide. Il offre une bonne résistance aux chocs, aux intempéries, aux produits chimiques, aux moisissures. Il garantit une excellente tenue dans le temps avec son traitement anti-UV. Avec lui, aucune pourriture, ni corrosion, le PVC est par ailleurs un matériau recyclable.

Il se nettoie avec un détergent doux, sa très faible porosité ne retient pas les salissures.

Sa propriété d’isolant thermique ne doit pas être oubliée, sa conductivité thermique est comparable à celle du bois.

INCONVÉNIENTS

Son aspect d’imitation du bois.